Les Fêtes c’était mieux avant ?

Pour être né et avoir passé mon enfance et mon adolescence rue Bourgneuf, je voudrais vous faire part de mon ressenti quant aux différences notables (à mes yeux) entre les Fêtes des années 60 jusqu’à début 80 et celles de nos jours.

Notez qu’il ne s’agit pas d’une critique gratuite puisque, vous allez le constater, il y a eu de bonnes choses à toutes les époques, même aujourd’hui naturellement.

Bien entendu il ne s’agit que d’un avis personnel, que je voudrais néanmoins  partager avec vous…

Le Nombre de Bandas (Ambiance)

Bandas =Cliques” en ancien bayonnais 😉

Prenons l’exemple de 1961 ou ce n’était pas moins de de 32 bandas pour plus de 600 musiciens, danseurs et danseuses qui animaient les rues durant les Fêtes. Imaginez un peu l’ambiance !

Aujourd’hui l’on ne peut que constater que la majeure partie de ces Bandas a été remplacée progressivement par des « groupes musicaux » d’une part, mais aussi et surtout par les sonos tonitruantes des bars et autres peñas (ces dernières étant beaucoup plus récentes).

Selon moi – et je sais bien que je ne suis pas le seul – cette « évolution » donne une tout autre physionomie à la Fête, en effet le rythme omniprésent des grosses caisses quel que soit l’endroit où l’on se trouve dans Bayonne, créait une ambiance incomparable, comme quoi rien ne remplacera la musique vivante.

Banda dans les années 60
Banda dans les années 60

La Sécurité

De ce point de vue et tenant compte de l’évolution du nombre de Festayres, il faut tout de même reconnaître qu’il y a un mieux, même si certains pensent le contraire.

Dans les années 70 et début 80, il est arrivé à plusieurs reprises que certains perdent la vie lors des Fêtes, et pas seulement par accident…

Pour exemple lors de l’édition 1978, il est presque 2 heures du matin lorsque Alain F. ripeur chez un grossiste du Quai Galuperie s’en prend à Jean-Claude E. pour un simple vol de melon, il le poursuivra tout le long du quai avant que ce dernier ne s’effondre au pied du pont Marengo, lardé de coups de couteau, il n’y survivra pas.

Je les connaissais tous les deux (Relations des Halles)

Le lendemain, c’est Antonio G. qui tuera par arme à feu un Festayre sur le Quai des Corsaires

Et croyez bien que ce ne sont pas des cas isolés, de fait on peut considérer que de ce point de vue, les temps ont évolué favorablement. 

Sécurité quasi inexistante autrefois
Sécurité quasi inexistante autrefois

La Propreté

Oui, des gros efforts ont été faits afin d’améliorer la salubrité de notre chère ville durant la période de liesse.

Il existait autrefois une pratique peu avouable qui a perduré jusqu’à la disparition progressive des grossistes sur les quais, voir ici l’article dédié.

Il y a très peu de temps encore, les gobelets en plastique jonchaient les rues odorantes, les verres consignés n’existaient pas, et, tous les bars fermaient leurs toilettes, alors comment faire ?

Le résultat tout le monde s’en souvient encore, surtout les résidents (là je parle en qualité d’ancien de la Rue Bourgneuf).

De nos jours, malgré le consensus écologique qui semble émerger, force est de constater que l’on assiste encore à ça en 2019… (Cf. photo ci-dessous). Tout le monde parle de “respect” et “d’écologie” mais les actes trahissent ces bons mots…

Source Sud-Ouest https://www.sudouest.fr/2019/08/01/videos-fetes-de-bayonne-un-blogueur-du-pays-basque-denonce-les-festayres-pollueurs-6403618-4018.php
Source Sud-Ouest

Lien vers article Sud-Ouest : https://www.sudouest.fr/2019/08/01/videos-fetes-de-bayonne-un-blogueur-du-pays-basque-denonce-les-festayres-pollueurs-6403618-4018.php

Les Prix pratiqués

Il s’agit là d’une différence majeure entre les Fêtes d’antan et celles de nos jours.

Si l’on fait le calcul entre les prix pratiqués autrefois par rapport à ce que l’on gagnait à l’époque, on se rend compte qu’une énorme “machine à business” s’est mise en place depuis les années 90, c’est-à-dire au fur et à mesure de l’augmentation de l’affluence des Festayres d’ici et surtout d’ailleurs.

Certains (pas tous heureusement) aujourd’hui pratiquent des prix excessifs pour ne pas dire indécents, au regard de la qualité des produits qu’ils proposent.

Pour se faire comprendre, il est parfois nécessaire de forcer le trait...
Pour se faire comprendre, il est parfois nécessaire de forcer le trait…

L’Incontournable des Fêtes

J’ai eu la chance de connaitre ce temps béni ou les sandwichs des Fêtes avaient la même taille que ceux du reste de l’année à savoir « une demi baguette ».

Cette époque est visiblement révolue, tout aussi révolue que l’omniprésence de notre incontournable sandwich à l’omelette aux piments.

Je trouve très triste de constater qu’aujourd’hui il est beaucoup plus facile de trouver des sandwichs exotiques comme le « Kebab ».

Pour preuve, avec des amis nous avons dû faire quasiment le tour de Bayonne pour trouver un établissement proposant ce délice local !

J’adresse donc un appel aux professionnels, espérons qu’il soit entendu 😉

Un délice traditionnel presque introuvable aux Fêtes !
Un délice traditionnel presque introuvable aux Fêtes !

Les Tenues à travers les temps

Si la tendance était au bleu et blanc, puis au vert et blanc en 1932 et lors des premières éditions, la tendance a ensuite évolué.

Dans les années 60 les tenues étaient assez disparates, même si en 1969, Luis Mariano jette les clefs, vêtu de blanc et rouge, comme à Pampelune, ce n’est que quelques décennies plus tard que cette tenue sera adoptée, et qui l’est encore aujourd’hui.

C’est dans les années 70 que la mode des bleus de travail et t-shirt à rayures fait son apparition, pour compléter ce « kit Festayre », il ne faut surtout pas oublier les sandales de préférences portées en « chocou », et… le Chahakoa. 

Fêtes 1971 rue Poissonnerie
Fêtes 1971 rue Poissonnerie

 

Appellation d’Origine Contrôlée

Mon « coup de bec » concerne une fâcheuse habitude qui a tendance à se répandre, j’ai nommé « La Féria de Bayonne », ce terme utilisé par les vacanciers qui ne font que répéter le terme propagé par certains acteurs de la grande distribution et autres commentateurs de tout poil, démontrant ainsi leur parfaite méconnaissance de Bayonne.

À ce sujet, je vous invite à lire un précédent post

Les Animations

Les courses de ripeurs avec leurs piles de cageots, les courses de garçons de café, les courses nautiques sur la Nive et sur l’Adour, les courses d’ânes, les rassemblements de motos etc. ont désormais disparu des Fêtes, d’autres animations sont arrivées

Course des ripeurs (Fêtes du Petit-Bayonne)
Course des ripeurs (Fêtes du Petit-Bayonne)

L’Affluence

Si les chiffres indiquent une certaine stagnation du nombre de Festayres depuis l’instauration d’un « droit d’entrée », il faut bien reconnaitre qu’en raison d’une certaine médiatisation (parfois très discutable, voire hostile), la fréquentation a explosé au fil des années.

À tel point qu’il n’est pas rare de voir circuler l’évaluation d’un million de Festayres (chiffres cumulés sur les 5 jours).

Il est vrai qu’il y avait beaucoup moins de monde lors des Fêtes d’antan, jugez plutôt…

Rien que dans les années 60, sur le Pont Mayou par exemple, les anciens avaient encore la possibilité de venir avec leur chaise pour assister confortablement aux festivités.

Les familles apportaient même des escabeaux pour y installer les plus petits…

Votre serviteur en famille (sur l’escabeau) lors des Fêtes 1964
Votre serviteur en famille (en haut de l’escabeau) sur le Pont Mayou lors des Fêtes 1964

Les Comportements

Dans les années 70 et début 80, un certain nombre de soi-disant «Festayres » pensant sans doute faire preuve « d’humour », trainaient derrière eux attachés à une ficelle un canard (vivant) certains n’hésitant pas à faire ingurgiter tout type d’alcool au pauvre animal…

C’est dire le niveau intellectuel de ces tristes sires que l’on n’hésitait pas, mes amis et moi, à qualifier de « C.nnards à canards ».

Fort heureusement cette pratique de débile profond s’est tarie avec le temps, du moins je l’espère !

Ancienne pratique de débiles profonds
Victime d’une ancienne pratique de débiles profonds

Aujourd’hui lors des Fêtes, je déplore le comportement de certains (là encore une minorité) cafetiers et restaurateurs qui « oublient » carrément la valeur de leur clientèle aussi locale que fidèle à l’année, et qui ne devient alors à leurs yeux qu’un docile distributeur de billets ne méritant aucun égard.

Dans les années 70, j’en ai connu un ou deux qui avaient adopté ce type de comportement, dès la fin des Fêtes ils y ont laissé des plumes… l’un d’eux a même dû vendre son bar quelques mois après.

Il faut dire qu’à l’époque nous étions bien plus regardant sur ce point, car très attachés à une certaine notion de fidélité mutuelle. Ceux qui jouaient contre perdaient à tous les coups !

Eh oui… pour ceux-là la notion de respect du client fidèle se perd, de fait ce dernier perd aussi peu à peu la notion de fidélité, rien d’anormal.

En revanche, je tiens à remercier la majorité de professionnels qui, je le sais, se donnent beaucoup de mal pour que la fête soit belle !

Sur les Fêtes payantes

Oui, je l’ai gardé pour la fin, même si je suis persuadé que la municipalité a pesé le pour et le contre avant de prendre une telle décision, j’avoue que résidant aujourd’hui à Anglet, j’ai un peu de mal à « passer à la caisse » pour avoir le droit d’entrer dans « ma » ville, ce n’est pas du tout une question financière, juste par principe.

J’espère juste que ces fonds sont et seront judicieusement utilisés.

J’imagine par ailleurs, un futur ou les plus jeunes auront du mal à croire que les Fêtes de Bayonne furent un jour gratuites…

Bracelet Fêtes de Bayonne
Bracelet Fêtes de Bayonne

En synthèse

Quelle que soit l’époque les Fêtes nous ont fait connaître de bien belles choses, des moments inoubliables, une ferveur intense et plein d’histoires et d’anecdotes à se raconter. D’autres pratiques moins glorieuses ont aussi existé, chacun aura sa vision des choses, ce qui est sûr en revanche, c’est que la fierté d’être Bayonnais est et sera toujours là !

Retrouvez très bientôt de nouveaux articles sur les «Bayonnades » ! Pour être informé directement de leur arrivée, abonnez-vous, c’est gratuit !

Un délice traditionnel (presque) oublié

S’il existait une tradition qui faisait l’unanimité, et qui nous semblait indéboulonnable sur le carreau des Halles de Bayonne, c’était bien l’unique, le fameux, l’inégalé sandwich à l’omelette aux piments du pays !

Histoire de faire bonne mesure, il semble bon de préciser que la taille « réglementaire » fortement conseillée correspondait à une (bonne) demi-baguette de pain encore chaud…

Continuer la lecture de « Un délice traditionnel (presque) oublié »