Quiz Parlez-vous le Bayonnais d’antan ? Vol.2

Et vous parlez-vous couramment le Bayonnais ?

Vous avez été plus de 1200 à faire le quiz « Parlez-vous le Bayonnais d’antan ? » et vu vos performances, j’ai pensé que vous seriez partants pour un second.

Aujourd’hui voici donc le “Parler Bayonnais d’autrefois Vol.2

J’espère là encore que vous allez vous faire plaisir !

Pour information, ces éléments ont été tirés du « Lexique Bayonnais » que vous pouvez retrouver sur Les Bayonnades. (Dans le menu supérieur cliquez sur “Bayonnades” puis sur le pack de votre choix de 1 à 7)

Vous y trouverez toutes les réponses ainsi qu’une multitude de termes et expressions, utilisés couramment à Bayonne jusque dans les années 70, voire début 80.

Si vous avez une minute, essayez de me faire savoir ce que vous en pensez, et si cela vous plait vraiment, n’hésitez pas à le partager !

Pour accéder aux quiz précédents :

Quiz “Rues de Bayonne

Quiz «Parlez-vous le Bayonnais d’antan ? Vol.1 »

Quiz «Etes-vous incollable sur Bayonne ? »

Vous venez de lire “Quiz Parlez-vous le Bayonnais d’antan ? Vol.2”

CETTE PUBLICATION VOUS A PLU ? ABONNEZ-VOUS C’EST GRATUIT ! (Haut de la colonne de droite)

Quiz Parlez-vous le Bayonnais d’antan ?

Et vous parlez-vous couramment le Bayonnais ?

Alors oui, j’avoue que le quiz de samedi dernier sur les “Rues de Bayonne” n’était pas aussi simple que ça, loin s’en faut ! Pour preuve pas plus de 10% d’entre-vous ont obtenu un score de 7 et plus.

Pour information, vous avez été (à cette heure) près de 500 a faire ce test.

Aujourd’hui nous allons explorer un autre thème, j’ai nommé le “Parler Bayonnais d’autrefois

Ces éléments ont été tirés du « Lexique Bayonnais » que vous pouvez retrouver sur Les Bayonnades. (Dans le menu supérieur cliquez sur “Bayonnades” puis sur le pack de votre choix de 1 à 7)

Vous y trouverez toutes les réponses ainsi qu’une multitude de termes et expressions, utilisés couramment à Bayonne jusque dans les années 70, voire début 80.

Si vous avez une minute, essayez de me faire savoir ce que vous en pensez, et si cela vous plait vraiment, n’hésitez pas à le partager !

Amusez-vous bien !

Vous venez de lire “Quiz Parlez-vous le Bayonnais d’antan ?”

Si cette publication vous a plu, n’hésitez pas à le partager, c’est l’objectif premier des Bayonnades… le partage !

ABONNEZ-VOUS C’EST GRATUIT ! (Haut de la colonne de droite)

Bayonnais souvenez-vous ! Vol.2

Les 6 statues de l’hôtel de ville

Profitons de ces non Fêtes 2020 pour nous documenter, saviez vous que les 6 statues de l’hôtel de ville datent de 1889 et symbolisent :

  • La navigation.
  • L’industrie.
  • L’art.
  • Le commerce.
  • L’astronomie.
  • L’agriculture.

Le facteur passe toujours 2 fois

Jusqu’aux années 70 le facteur passait deux fois par jour, le matin et l’après-midi. A la rue Bourgneuf, nous avons bénéficié dès les années 60 de « spécimens » hors du commun.

Le premier facteur « M. Jean » était toujours guilleret comme un pinson, en effet, il sifflait tout au long de sa tournée, et on l’entendait arriver de loin.

Son répertoire était insondable, et ses goûts musicaux des plus éclectiques.

Le matin, il sifflait, l’après-midi il sifflait…

Son successeur dont je tairai pudiquement le nom sifflait aussi beaucoup, mais uniquement des canons dans les nombreux bars du quartier, et de ce point de vue, son répertoire était aussi insondable que son prédécesseur…

De fait, il n’était pas rare que le courrier reste bloqué en début de rue entre le bar de Pierrot Cacareigt et celui d’Elise situé juste en face.

Le courrier pouvait même prendre quelques jours de retard lors des fêtes… 

Je pense que certains d’entre vous se souviendrons de lui.

Bonaparte a failli se noyer à La Barre !

Napoléon Bonaparte se rendait souvent à La Barre. Il y embarquait sur son propre canot et appréciait l’endroit qu’il voyait déjà comme un futur grand port.

Mais un soir de mauvais temps il fut à deux doigts de chavirer et de se noyer, ce qui ne manqua pas de susciter une vive émotion dans tout le secteur.

L’hélice devant la Chambre de Commerce et d’Industrie

Saviez-vous que l’hélice placée devant la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bayonne provient du “Romulus” minéralier qui s’est échoué côté nord de la grande digue du Boucau le 15 décembre 1969.
Pour en savoir plus sur cette catastrophe qui a mis en lumière plusieurs Héros locaux, lisez l’article “La Nuit des Héros”

Saint Esprit rejoint Bayonne !

Saint Esprit qui était une commune indépendante jusque-là a, malgré la réticence des habitants (des deux côtés de l’Adour), rejoint Bayonne en 1857.

Bayonne un jeune architecte nommé… Eiffel

Alors que les Bayonnais préfèrent un solide pont de pierre, c’est à la surprise générale que la Compagnie du Midi choisit en 1862 le projet d’un tout jeune architecte originaire de Dijon.

Il s’appelle Gustave Eiffel et du haut de ses 30 ans saisit cette opportunité lui permettant d’aller beaucoup plus loin et surtout plus haut… plus tard… 

L’ouvrage de 270m et de 3200 tonnes enjambant l’Adour sera ouvert en 1863, soit 24 ans avant la célèbre tour qui porte son nom.

La Baïonnette vient de Bayonne

La Baïonnette, cette arme fut inventée à Bayonne en 1671.

Les textes qui suivent en attestent.

Au milieu du XVIIe siècle (1655), Pierre Borel indique « À présent on fait à Bayonne de meilleures dagues qu’on appelle des bayonnettes ou des bayonnes tout simplement ».

De même, Antoine Furetière mentionne dans son dictionnaire, commencé dès 1650, « Bayonnette : dague, couteau pointu qui n’a que deux petites boutons pour garde et qui est venu originairement de Bayonne ».

Enfin Voltaire écrit en 1723 :

    « Au mousquet réuni, le sanglant coutelas

    Déjà de tous côtés porte un double trépas.

    Cette arme que jadis, pour dépeupler la terre,

    Dans Bayonne inventa le démon de la guerre

    Rassemble en même temps, digne fruit de l’enfer,

    Ce qu’ont de plus terrible et la flamme et le fer. »

Si cette publication vous a plu, n’hésitez pas à le partager, c’est l’objectif premier des Bayonnades… le partage !

Retrouvez très bientôt de nouveaux articles sur les «Bayonnades » ! Pour être informé directement de leur arrivée, abonnez-vous, c’est gratuit ! (Haut de la colonne de droite)

Bayonnais souvenez-vous ! Vol.2

Bayonne Vaches versus Cheminots !

Si les vaches prennent visiblement plaisir à regarder passer les trains, il en était tout autrement pour trois vaches bayonnaises portant les doux sobriquets de « Joyeuse », « Margot » et « Curieuse »…

C’est (une partie de) l’histoire de la vie de Marie Hyppolyte surnommée Mayi, personnalité bayonnaise connue comme le loup blanc qui résidait dans la ferme familiale située à Glain.

Après la perte de sa maman, elle y demeurait seule et élevait vaches, poulets et lapins.

Mayi qui, suite à un accident, était handicapée du pied gauche, chevauchait quotidiennement son Solex pour se rendre aux Halles en fin de matinée afin d’y recueillir les fruits et légumes invendus pour nourrir les animaux de sa ferme, c’est ce que l’on appellerait aujourd’hui un « circuit court ».

C’est donc après avoir ramassé tout ce qu’elle pouvait, et constitué une interminable pile de caisses sur le porte bagage de son deux-roues, qu’elle s’élançait vers Glain, et là… gare aux imprudents qui se trouvaient sur son passage !

Les 3 fugueuses

Arrivée tant bien que mal à bon port, les poules attirées par le stock conséquent de nourriture se précipitaient à sa rencontre, les lapins attendaient sagement dans leurs clapiers, et les vaches… ah oui les vaches… et bien elles s’étaient comme à leur habitude échappées !

Partisanes que l’herbe est toujours plus verte, non pas de l’autre côté de la vallée, mais bel et bien autour voire sur la voie ferrée, nos trois fugueuses avaient pour habitude de s’y rendre dès que Mayi avait le dos tourné…

Et c’est là que ça se corse…

Un troupeau de rebelles

Il se trouve que sur ce tronçon passaient (et passent toujours d’ailleurs) à vitesse réduite des trains et notamment le Paris-Hendaye.

Cet endroit précis était devenu la hantise pour ne pas dire le cauchemar des conducteurs de trains qui restaient régulièrement bloqués de 10 minutes jusqu’à parfois plus d’une demi-heure, selon que Mayi soit là ou pas pour évacuer ses vaches de la voie ferrée.

Et cela pouvait arrivait plusieurs fois par jour !

S’enchainait alors un concert de sirène(s) de train(s) tentant en vain d’effrayer nos téméraires ruminants, qui habitués à ce vacarme, ne daignaient même pas lancer un regard.

Plus le temps passait et plus les conducteurs étaient furieux, appuyant de plus en plus frénétiquement sur « la corne » (si j’ose dire) pour manifester leur exaspération.

Mayi montait alors sur le talus et d’un geste faisait partir ses trois vaches, sous les invectives des conducteurs et parfois même des passagers.

Les vaches adorant l’endroit et les trains persistant à passer par là, ce cirque a perduré des années.

Encore une histoire de vaches à Bayonne !

Et puis un jour Mayi et ses vaches s’en sont allées, notons que dès lors, les indices d’exactitude de la Société Nationale des Chemins de Fer Français s’améliorèrent tout aussi fortement que subitement.  

Une autre époque, un autre temps…

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager, c’est l’objectif premier des Bayonnades… le partage !

Retrouvez très bientôt de nouveaux articles sur les «Bayonnades » ! Pour être informé directement de leur arrivée, abonnez-vous, c’est gratuit ! (Haut de la colonne de droite)

Vidéo de Bayonne en 1979

Cette vidéo débute par une vue de la Zup depuis l’emplacement de l’actuel Ikea.

Puis une vue de la Cathédrale et de la Mairie à côté de laquelle, l’ancienne Place d’Armes n’était pas encore transformée en parking (De Gaulle)…

Nous découvrons ensuite une vue assez particulière puisqu’elle réunit les 4 ponts de La Nive, avec l’ancien Marché-Parking sur la droite.

Certes, ce dernier était tout sauf une œuvre architecturale de premier ordre, mais il avait le mérite de proposer des centaines de places pour se garer, ce qui permettait aux commerçants locaux de bénéficier d’un flux de chalands inégalé aujourd’hui.

La vidéo se poursuit sur une partie de la Place de La République, centre névralgique de la partie spiritaine de la ville. On peut y apercevoir l’ancien kiosque à journaux comme il y en avait un peu partout dans le centre Bayonnais.

C’était en juillet 1979, il y a plus de 40 ans…

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager, c’est l’objectif premier des Bayonnades… le partage !

Retrouvez très bientôt de nouveaux articles sur les «Bayonnades » ! Pour être informé directement de leur arrivée, abonnez-vous, c’est gratuit ! (Haut de la colonne de droite)