Les 4 saisons Bayonnaises

Courant des années 70 tout à côté de l’ancien « Bazar Central », et à l’emplacement actuel du restaurant « Les Tontons flingueurs », se trouvait l’établissement « Aux 4 saisons » qui n’avait rien à voir avec Vivaldi, mais qui était plutôt orienté fruits et légumes en gros, demi-gros et détail.

Jean-Claude Lacondéguy et Jacques Quintal en étaient les propriétaires, et avaient eu l’idée de créer un commerce de détail tout en fournissant les autres détaillants des Halles, restaurateurs locaux etc…

Aux 4 saisons

J’ai eu le plaisir de travailler dans l’établissement fin des années 70, lorsque je dis plaisir, je fais référence à l’ambiance de camaraderie qui y régnait, car les conditions de travail de nuit de ceux que l’on appelle les « ripeurs » étaient relativement dures, et le salaire de 8 francs de l’heure (ce qui était correct à l’époque) nous poussait à faire le maximum d’heures possibles, et de ce côté-là, nous étions servis.

Les débutes de Jacky et Jean-Claude

Cette petite parenthèse faite, et pour en revenir aux deux fondateurs du magasin, ils avaient débuté leur carrière en vendant des caisses de pommes de terre sur le Pont Marengo.

Travailleurs, organisés et disposant d’un sens des affaires qui ne s’est jamais démenti, les jeunes Jean-Claude et Jacques (alias Jacky) sont parvenus à s’installer tout près de l’ancien « Bazar Central », et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils n’ont pas fait les choses à moitié.

En effet, peu de temps après le lancement, ils avaient créé un magasin bénéficiant d’une excellente notoriété, ressemblant à un mini marché disposant de part et d’autre d’étals regorgeant de fruits et légumes aussi divers que variés.

Débuts du merchandising à Bayonne

La présentation à la clientèle était réalisée d’une façon relativement nouvelle à l’époque, à savoir alignement pyramidal, alternance des couleurs, offres spéciales etc… En bref, les bases du merchandising d’aujourd’hui étaient désormais présentes aux Halles de Bayonne.

Jean-Claude et Jacky avaient également constitué une équipe avec laquelle j’ai eu le plaisir de travailler :

L’équipe dite « de nuit » dont je faisais partie avec mon ami Zita, qui selon les saisons, débutait sa journée entre 1h30 et 4h du matin pour décharger (manuellement) les camions qui arrivaient notamment des marchés de gros d’Agen ou Perpignan.

Il nous arrivait également en fin de journée, c’est-à-dire vers 11h du matin, d’aller à la gare de marchandises de Bayonne, pour vider un wagon de sacs de pommes de terre ou d’artichauts en provenance de Bretagne.

Il faut préciser que cette « opération » nécessitait de faire plusieurs navettes entre la gare et le dépôt de Mousserolles, en effet un camion même grand, n’a pas la même contenance qu’un wagon de marchandises.

La petite cerise sur le gâteau c’est que nous n’étions généralement que deux pour cette opération, inutile de préciser que l’on s’en souvient longtemps après… la preuve !

Trop dur pour certains…

Peut-être est-ce l’un des raisons qui peut expliquer l’important turn-over de saisonniers, qui pour certains, nous tiraient leur révérence après juste quelques heures passées en notre compagnie…

Vers 5h arrivait l’équipe de livraison des restaurants et revendeurs, mon ami Gilbert, mon autre ami Robert, et le troisième larron Alain qui a passé des années à râler, annonçant son départ imminent de l’entreprise… Il faut dire qu’il n’était pas très bien loti avec son vieux fourgon « HY tube » qui démarrait uniquement lorsqu’il en avait envie.

Vers 7h arrivait l’équipe des vendeuses composée notamment de Sylvie, Marie-Pierre et Nicole. A peine arrivées, et déjà revêtues de leur tablier orange au logo du magasin, elles s’affairaient pour améliorer la présentation des produits, les triaient, et commençaient à servir les premiers clients qui se pressaient.

Et les patrons dans tout ça ?

Et bien, ils n’étaient pas en reste croyez-moi, Jean-Claude passait sa vie dans son camion, en faisant notamment la navette entre Agen et Bayonne.

Du temps que j’y ai passé, puis des retours que j’en ai eus après, Jean-Claude a toujours été un excellent patron, à l’écoute, capable de donner l’exemple et de travailler dur sans jamais se plaindre.

 Jacky quant à lui gérait le magasin, passait les commandes à ses fournisseurs et traitait celles de ses clients en gros et demi-gros. Il m’est souvent arrivé de sourire, en le voyant derrière son minuscule bureau un téléphone dans chaque main, et capable de traiter les deux appels simultanément !

C’était là l’époque où les Halles de Bayonne et leur périmètre immédiat, ressemblaient encore à une fourmilière humaine débordant d’énergie et d’activité.

Aujourd’hui…

Aujourd’hui cette page s’est tournée, le magasin n’existe plus, la vie de chacun a pris une direction différente, mais les souvenirs eux sont toujours là, les rictus de peine sous l’effort, les éclats de rire, les moments de partage, les sourires complices, et l’inoubliable solidarité des gens qui travaillaient dans et autour des Halles de Bayonne d’antan

Vous venez de lire “Les 4 saisons Bayonnaises”

CETTE PUBLICATION VOUS A PLU ? ABONNEZ-VOUS C’EST GRATUIT ! (Haut de la colonne de droite)

L’ancien “Disque bleu” à Bayonne

Souvenez-vous de l’ancien “Disque bleu” à Bayonne

Payer pour se garer n’est pas vraiment nouveau à Bayonne comme ailleurs.

Cela a commencé par la « Zone bleue », progressivement remplacée dans les années 70 par les parcmètres, remplacés à leur tour par les horodateurs.

Mais revenons à l’ancienne « Zone bleue » et plus particulièrement au fameux « Disque bleu ».

C’est Jean-Michel RENOM qui m’a envoyé les photos de l’indissociable accessoire de l’automobiliste d’antan, et je tiens à l’en remercier.

En y regardant de plus près certains détails sont des plus amusants… (voir images plus bas)

Tout d’abord le recto, la version « matinale », hormis le fait que la « réclame » pour « Printafix » occupe plus d’un tiers de l’espace total, on y trouve les mentions suivantes :

Disque de contrôle de stationnement

Disque obligatoire pour toutes les voitures automobiles, sauf les dimanches et jours fériés, dans la zone délimitée par les panneaux dont le modèle figure au verso.

A placer contre la face interne du pare-brise ou, s’il n’y en a pas, a un endroit apparent, convenablement choisi, pour être vu de devant le véhicule. Il est interdit :

1) de faire figurer sur le disque des indications d’horaires inexactes ;

2) de modifier les indications du disque sans que le véhicule ait été remis en circulation ;

3) de stationner à nouveau à l’intérieur de la zone à moins de 100 mètres du premier point de stationnement.

Le stationnement abusif paralyse la circulation.

J’avoue que la précision « …s’il n’y en a pas » en évoquant le parebrise m’amuse beaucoup.

Également l’obligation de stationner à plus de 100m en cas de nouveau stationnement, inutile de vous dire que cette règle était quelque peu bafouée !

Mais gare aux fraudeurs, pas vu, pas pris, mais… vu… pris ! Et les amendes étaient déjà tout aussi imbattables que les prix de Printafix !

Disque bleu recto
Disque bleu verso

J’espère que cette publication rappellera quelques souvenirs à ceux qui ont connu cette si chère époque.

Vous venez de lire “L’ancien “Disque bleu” à Bayonne”

CETTE PUBLICATION VOUS A PLU ? ABONNEZ-VOUS C’EST GRATUIT ! (Haut de la colonne de droite)

Riton le festayre aux 1000 excuses !

Les Fêtes ! Le moment ultime attendu religieusement 360 jours par an par la plupart des Bayonnais (pour ne citer qu’eux).

Mais il en est certains qui autrefois faisaient preuve de la plus grande imagination pour éviter à tout prix toute activité laborieuse durant cette période bénie.

Et tout particulièrement un que vous connaissez déjà, j’ai nommé « Riton »

En matière d’excuses pour ne pas travailler durant les Fêtes, notre Riton faisait preuve d’une ingéniosité telle, qu’il aurait fait passer Léonard de Vinci pour un cerveau de seconde zone.

Ses techniques étaient aussi variées que les couleurs de tulipes du Keukenhof en pleine saison.

Voici quelques échanges auxquels j’ai assisté, généralement le lundi précédant les Fêtes

Aux 4 saisons

L’approche directe.

« Patron, je ne sais pas ce que j’ai, mais depuis hier j’ai quelques vertiges, je me demande si vous ne devriez pas me mettre en repos »

« C’est cela Riton, par exemple jusqu’à lundi prochain, lendemain des Fêtes, cela te va ? »

« Ouais… ouais, ce serait pas mal, comme ça je reviendrais en pleine forme »

« Fous-moi le camp travailler grand fainéant !!! »

L’approche psychologique.

« Patron, il faut qu’on parle »

« Qu’est-ce que tu veux Riton ? »

« Vous savez que j’habite sur le quai Jaureguiberry, et pendant les Fêtes, il y a tellement de bruit dans la journée que ça m’empêche de dormir, et comme je voudrais éviter les somnifères trop forts, j’ai pensé que vous pourriez… »

« Fous-moi le camp travailler grand fainéant !!! »

L’approche technico-médicale.

« Patron j’ai entendu dire que les heures de sommeil de jour comptent pour la moitié des heures de sommeil la nuit, en d’autres termes, si je dors 8h de jour, ça correspondrait à 4h de nuit, ça fait pas beaucoup »

« Oui c’est probablement vrai et alors ? »

« J’ai aussi entendu des ‘grands spécialistes’ dire que pendant les Fêtes, ces mêmes heures étaient encore divisées par deux, et je me demandais si… »

« Tu as raté ta voie Riton, c’est pas ripeur que tu aurais dû faire,  mais spécialiste du sommeil, en attendant va travailler ! »

L’approche via arrêt de travail.

« Patron, ça va pas, j’ai un arrêt de travail, je suis au plus mal »

« Qu’est-ce qu’il t’arrive mon garçon ? »

 « Hypertension ! »

« Quoi mais comment cela se fait à ton âge ! Tu as combien ? »

« Euh… 14/9… »

« Alors celle-là on ne me l’avait jamais faite ! Tu n’es qu’une feignasse, fous le camp ! »

Les approches « Tout-venant »

Grands-parents décédés (plusieurs fois) … Frère (qu’il n’avait pas) hospitalisé, incendie subit de la maison de ses parents, mariages, enterrements, baptêmes, et même la panne de voiture alors qu’il habitait à 200m !

Bref les 1000 excuses de Riton pour ne pas travailler durant les Fêtes.

Je précise que lors de l’arrêt de travail pour hypertension, notre Riton, ayant après quelques verres, oublié qu’il lui fallait éviter le carreau des Halles, s’est fait comme qui dirait « chopper » par le patron qui en a profité pour lui refaire une ordonnance longue durée…

Carreau des Halles

Il est vrai qu’il était assez délicat de passer cette période de festivités à décharger des camions, surtout quand des copains passaient nous voir, certains nous offraient un coup de Chahakoa, d’autres dans un état déjà avancé arrivaient à nous saouler sans avoir bu une goutte !    

Voilà, encore quelques anecdotes et souvenirs des Halles du Bayonne d’antan, encore bien présents dans mon esprit, et que je voulais partager avec vous aujourd’hui.

Vous venez de lire “Riton le festayre aux 1000 excuses !

CETTE PUBLICATION VOUS A PLU ? ABONNEZ-VOUS C’EST GRATUIT ! (Haut de la colonne de droite)

Alexandre, la trace du Prince

Je voudrais aujourd’hui vous transmettre une superbe histoire Bayonnaise, qui nous est racontée non sans un certain brio par Alain Da Silva, grand fidèle des Bayonnades que je remercie vivement pour sa participation !

Petite confidence, je crois qu’il en a beaucoup d’autres en magasin, mais chut… nous en reparlerons plus tard…

Alexandre, la trace du Prince

C’est l’histoire d’Alexandre né, tout à la fin du XIXème siècle, personnage qui vécut de nombreuses années, au quartier Saint Etienne de Bayonne.

Jeune apprenti au garage Gambade, situé sur l’avenue Soult, Alexandre et ses collègues mécanos, dans les années 20, virent arriver à pied, un chauffeur de Maître dans un curieux accoutrement.

Coiffé d’une superbe casquette, celui-ci portait un manteau de style militaire, avec un col d’astrakan ainsi que des gantelets. Ses bottes rutilantes en cuir noir, étaient du plus bel effet.

Chauffeur de maître

Le chef du garage, après s’être entretenu avec lui, demanda à Alexandre de suivre le chauffeur pour faire patienter le Maître, juste le temps d’enfiler une tenue un peu plus propre et présentable.

Sauf que, lorsque le responsable du garage se présenta auprès de cette « Haute Personnalité », Alexandre avait déjà résolu avec une belle efficacité, le problème du moteur défaillant !!!

Le Maître fut enchanté de ce jeune, pour la promptitude de la réparation de son véhicule. Evidemment, les félicitations de ce « Grand Ponte », rejaillirent alors sur le garage bayonnais pour la plus grande joie de son propriétaire.

Mais je vous sens impatients !!!

Qui était donc ce personnage mystérieux ?

Ce grand personnage mystérieux n’était autre que le Prince de Galles, celui qui accéda au trône d’Angleterre quelques années plus tard, en janvier 1936 en tant qu’Edouard VIII.  (Il abdiqua 326 jours après, à la veille de son Couronnement.)

Dans les années 20 et 30, il mena une vie de « Grand de ce monde », en effectuant de nombreux voyages à l’étranger, notamment sur la Côte Basque.

Le Prince de Galles en 1924

Après son abdication, il changea de titre pour devenir Duc de Windsor.

Après-guerre, il viendra en villégiature à Boucau, pour de nouveaux séjours dans la région, plus exactement au Château de Matignon, demeure qui héberge aujourd’hui Aïntzina, un centre d’observation et d’éducation motrice.

Heureux de cette rencontre tellement improbable et de l’aboutissement positif de cette anecdote, le patron du garage, décida d’affubler son jeune apprenti Alexandre, du surnom bienveillant de « Prince » ne serait-ce que pour garder en mémoire, cette page historique de son établissement. (Pour garder l’authenticité de l’anecdote, merci de prononcer ce chafre en gascon en détaillant « Priii (n) ce»)

Alexandre, fier de « son nouveau statut » n’hésita pas une seconde à reprendre publiquement sa nouvelle « appellation » de « Priii (n) ce », notamment auprès de ses nouveaux collègues, lorsqu’il entra à la Compagnie des Chemins de Fer, comme conducteur de train à Bayonne.

A la fin de sa carrière, quand il partit en retraite, ses copains lui firent la surprise de décorer magnifiquement son dernier train, une majestueuse locomotive à vapeur, avec drapeaux, branches fleuries solidement arrimées, et une banderole fixée sur le nez de la locomotive, libellée comme suit :

« Bonne  retraite  Prince »

L’arrivée en gare de son dernier train, véritable monstre d’acier en tenue d’apparat, fut triomphale sous le sifflet strident de la machine.

Locomotive décorée

Tandis que les panaches blancs surgissant de la cheminée se dirigeaient vers le bleu-Aviron d’un azur soudainement secoué, les lueurs des torches et l’éclatement assourdissant des pétards transformèrent ce moment, en une très intense et rare émotion.

Moment qui fut vécu trop rapidement, aux dires des participants à l’assemblée, formée de collègues et amis joyeusement regroupés, sur le quai de la gare.

Que dire de la surprise et de l’étonnement des présents, à l’écoute du Chef de Gare qui, dans un discours dithyrambique, rendit un hommage officiel à Alexandre…un Alexandre…que personne ne connaissait !!!

Ses collègues pensèrent alors que le tribun, sans doute inattentif, voire quelque peu poète, s’était trompé de discours. C’est alors que « Priii (n) ce » prit la parole pour remercier tous les protagonistes de cette belle et émouvante cérémonie, en dissipant le malentendu. Il précisa comment lui avait été attribué ce chafre.

Il déclina alors sa véritable identité, avec son vrai prénom Alexandre, laissant soudainement, tous ses admirateurs pantois.

Tout le monde put alors s’engager différemment, non pas sur cette voie quasi-royale, mais sur celle de l’amitié et de la solidarité.

Mais être sur les rails, n’est-ce pas emprunter comme tout un chacun, ce que l’on appelle le train de la vie ?

Alain Da Silva / mars 2021

Vous venez de lire “Alexandre, la trace du Prince”

CETTE PUBLICATION VOUS A PLU ? ABONNEZ-VOUS C’EST GRATUIT ! (Haut de la colonne de droite)

Photos du Carnaval à Bayonne autrefois

Aujourd’hui, je vous propose de vous replonger plus de 30 ans en arrière avec une trentaine de photos du Carnaval à Bayonne dans 3 quartiers de la ville.

Elles datent de 1988 et 1990, et je suis sûr que certains d’entre-vous s’y reconnaîtront ou y reconnaîtront de la famille ou des amis.

Un grand MERCI à Daniel VELEZ Photographe qui m’a gentiment fourni ces superbes photos !

C’est parti !

Carnaval Balichon en 1988

Au Carnaval du Petit-Bayonne en 1988

Carnaval à la ZUP en 1988

Le Carnaval à la ZUP en 1990

Vous venez de lire “Photos du Carnaval à Bayonne autrefois”

CETTE PUBLICATION VOUS A PLU ? ABONNEZ-VOUS C’EST GRATUIT ! (Haut de la colonne de droite)