Expo sur l’Histoire des Fêtes

Expo sur l’Histoire des Fêtes

Inutile de retourner le couteau dans la plaie en évoquant l’annulation des Fêtes 2020, nous en avons tous été suffisamment peinés, non je voudrais juste vous informer d’un événement en cours qui lui a bien lieu en ce moment, mais venons-en au fait…

Quelle meilleure période que le mois d’août pour évoquer les Fêtes ? J’ai eu cette chance mercredi dernier en étant invité au point presse de l’exposition sur l’Histoire des Fêtes de Bayonne.

Il s’agit plus précisément d’une double exposition, celle présentant de multiples affiches des Fêtes, dont certaines très anciennes, rappelons que les premières Fêtes ont eu lieu en… 1932.

Je profite de cette publication pour féliciter les services de la Mairie de Bayonne pour cette belle initiative !

Appel

Si quelqu’un dispose de l’affiche des fêtes de 1933, merci de me le signaler.

La seconde expo est celle présentant une cinquantaine de magnifiques photos de Daniel VELEZ photographe de presse emblématique qui œuvre avec le talent qu’on lui connait depuis plus de 50 ans à Bayonne.

50 ans des Fêtes en photos

Les prises de vues présentées sont vraiment exceptionnelles Daniel a su capter ces instants magiques des Fêtes, des visages connus ou pas, des situations aussi cocasses qu’insolites etc…

Mais je ne vous en dis pas plus, vous aurez ainsi le plaisir de contempler en direct ces pépites.

Et puis, il faut bien reconnaitre que l’intérieur de la bâtisse vaut à lui seul le détour !

Daniel Velez et les Bayonnades

Je précise que Daniel VELEZ fait partie des plus importants contributeurs des Bayonnades, histoire de prendre la mesure de son engagement, sachez qu’il m’a déjà transmis plus d’un millier de photos, je ne l’en remercierais jamais assez.

Une partie de cette collection a déjà été diffusée sur les Bayonnades, de nombreux autres clichés suivront bientôt.

Qui se trouve sur cette photo ? mettez vos réponses en commentaire

Fêtes du Petit Bayonne 1977 – Photo Daniel VELEZ.

Infos pratiques

Pour en revenir à cette superbe exposition sur l’Histoire des Fêtes de Bayonne que je vous conseille plus que vivement de visiter, voici quelques informations pratiques.

Date : du 04/08/2020 au 23/08/2020

Lieu : dans la Poudrière, au Bastion royal. Lien carte https://goo.gl/maps/iTuoH2NQLTrDEWKRA

Entrée libre

Retrouvez très bientôt de nouveaux articles sur les «Bayonnades » ! Pour être informé directement de leur arrivée, abonnez-vous, c’est gratuit ! (Haut de la colonne de droite)

Site de Daniel VELEZ : www.paysbasqueactualites.com

Bayonnais souvenez-vous ! Vol.2

Les 6 statues de l’hôtel de ville

Profitons de ces non Fêtes 2020 pour nous documenter, saviez vous que les 6 statues de l’hôtel de ville datent de 1889 et symbolisent :

  • La navigation.
  • L’industrie.
  • L’art.
  • Le commerce.
  • L’astronomie.
  • L’agriculture.

Le facteur passe toujours 2 fois

Jusqu’aux années 70 le facteur passait deux fois par jour, le matin et l’après-midi. A la rue Bourgneuf, nous avons bénéficié dès les années 60 de « spécimens » hors du commun.

Le premier facteur « M. Jean » était toujours guilleret comme un pinson, en effet, il sifflait tout au long de sa tournée, et on l’entendait arriver de loin.

Son répertoire était insondable, et ses goûts musicaux des plus éclectiques.

Le matin, il sifflait, l’après-midi il sifflait…

Son successeur dont je tairai pudiquement le nom sifflait aussi beaucoup, mais uniquement des canons dans les nombreux bars du quartier, et de ce point de vue, son répertoire était aussi insondable que son prédécesseur…

De fait, il n’était pas rare que le courrier reste bloqué en début de rue entre le bar de Pierrot Cacareigt et celui d’Elise situé juste en face.

Le courrier pouvait même prendre quelques jours de retard lors des fêtes… 

Je pense que certains d’entre vous se souviendrons de lui.

Bonaparte a failli se noyer à La Barre !

Napoléon Bonaparte se rendait souvent à La Barre. Il y embarquait sur son propre canot et appréciait l’endroit qu’il voyait déjà comme un futur grand port.

Mais un soir de mauvais temps il fut à deux doigts de chavirer et de se noyer, ce qui ne manqua pas de susciter une vive émotion dans tout le secteur.

L’hélice devant la Chambre de Commerce et d’Industrie

Saviez-vous que l’hélice placée devant la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bayonne provient du “Romulus” minéralier qui s’est échoué côté nord de la grande digue du Boucau le 15 décembre 1969.
Pour en savoir plus sur cette catastrophe qui a mis en lumière plusieurs Héros locaux, lisez l’article “La Nuit des Héros”

Saint Esprit rejoint Bayonne !

Saint Esprit qui était une commune indépendante jusque-là a, malgré la réticence des habitants (des deux côtés de l’Adour), rejoint Bayonne en 1857.

Bayonne un jeune architecte nommé… Eiffel

Alors que les Bayonnais préfèrent un solide pont de pierre, c’est à la surprise générale que la Compagnie du Midi choisit en 1862 le projet d’un tout jeune architecte originaire de Dijon.

Il s’appelle Gustave Eiffel et du haut de ses 30 ans saisit cette opportunité lui permettant d’aller beaucoup plus loin et surtout plus haut… plus tard… 

L’ouvrage de 270m et de 3200 tonnes enjambant l’Adour sera ouvert en 1863, soit 24 ans avant la célèbre tour qui porte son nom.

La Baïonnette vient de Bayonne

La Baïonnette, cette arme fut inventée à Bayonne en 1671.

Les textes qui suivent en attestent.

Au milieu du XVIIe siècle (1655), Pierre Borel indique « À présent on fait à Bayonne de meilleures dagues qu’on appelle des bayonnettes ou des bayonnes tout simplement ».

De même, Antoine Furetière mentionne dans son dictionnaire, commencé dès 1650, « Bayonnette : dague, couteau pointu qui n’a que deux petites boutons pour garde et qui est venu originairement de Bayonne ».

Enfin Voltaire écrit en 1723 :

    « Au mousquet réuni, le sanglant coutelas

    Déjà de tous côtés porte un double trépas.

    Cette arme que jadis, pour dépeupler la terre,

    Dans Bayonne inventa le démon de la guerre

    Rassemble en même temps, digne fruit de l’enfer,

    Ce qu’ont de plus terrible et la flamme et le fer. »

Si cette publication vous a plu, n’hésitez pas à le partager, c’est l’objectif premier des Bayonnades… le partage !

Retrouvez très bientôt de nouveaux articles sur les «Bayonnades » ! Pour être informé directement de leur arrivée, abonnez-vous, c’est gratuit ! (Haut de la colonne de droite)

Bayonnais souvenez-vous ! Vol.2

Michelle de la rue Pannecau !

Elle s’appelait en réalité France Bielle.

Beaucoup d’entre vous l’ont connue sous le pseudo de « Michelle de la rue Pannecau », elle était une figure incontournable de Bayonne.

Avant-dernière d’une famille de neuf enfants, son père était gendarme.

Née à Marseille en 1915

Elle était née le 1er avril 1915 à Marseille dans le quartier de la Belle-de-Mai, elle fut une bonne élève sérieuse et appliquée, elle obtint même son certificat d’études avec mention en 1929.

Elle a donc connu cette époque de Marseille, celle des Carbone et Spirito mais aussi des Guérini qui étaient même ses premiers voisins, en quelque sorte l’époque du gratin des gratins.

C’est juste après le certificat d’études qu’elle a commencé à travailler, comme cela se faisait beaucoup à cette époque, elle a commencé sa carrière chez un grossiste de fruits secs ou elle était chargée de trier les lentilles et les haricots pour enlever les cailloux.

Arrivée à 16 ans, France sortait beaucoup dans les bals et côtoie toute sorte de garçons allant des garçons du coin, aux marins en goguette, puis finit par rencontrer des voyous plus ou moins notoires, et notamment des Corses et des Italiens.

Une rencontre douteuse

À 17 ans elle rencontra Léon qui avait 40 ans de plus qu’elle, et pour arrondir ses fins de mois c’est à cette époque qu’elle a commencée à « michetonner ».

Léon était en réalité un « Julot » qui prit rapidement les commandes pour organiser l’activité professionnelle de sa « Julie »

Mais cette dernière très indépendante a voulu tenter l’aventure parisienne, désormais installée dans la capitale, elle fut pour le moins en surprise d’avoir pour premier client un curé en soutane !

Le climat parisien ne lui convenant pas elle revint rapidement à Marseille, puis trouva finalement du travail à Toulon.

Arrivée à Bayonne

Ces quelques années plus tard, après avoir fait une escale à Castres, qu’elle arrive à Bayonne ou elle poursuit son activité en qualité “d’indépendante”.

C’est quelques années plus tard encore qu’elle rachète un établissement rue Pannecau, pour lequel elle conservera le nom existant : « Novelty ».

C’est cet établissement qu’elle géra de main de maître qui lui valut sa notoriété, non seulement à Bayonne, mais également dans toute la région et même jusqu’en Espagne.

Pour avoir grandi au petit Bayonne, j’ai bien connu Michelle depuis ma plus tendre enfance, puisqu’elle était l’une des plus fidèles clientes de notre stand de fruits et légumes aux Halles.

Au-delà de sa « profession » qui pouvait impressionner et surtout faire jaser, elle avait un cœur d’or, et tous les gamins du quartier à l’époque peuvent en témoigner.

Pour ceux qui ne la connaissaient pas, découvrez ci-dessous une belle histoire (vraie) racontée par un bayonnais, et donnant une idée de la personnalité de Michelle, je précise que ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres…

Récit d’un bayonnais

« J’avais onze ans et j’étais plongé dans la contemplation d’une magnifique mobylette bleue, cette mobylette représentait pour moi le bonheur le plus absolu dont je pouvais rêver.

Et je dis bien rêver, car ni mon âge, ni les modestes moyens de mon maçon de père ne pouvaient faire de cette mobylette une réalité.

C’était la mobylette de Jean-Pierre le fils de Michelle.

« Dis-donc petit tu veux la voler ou quoi ! »

Était-elle vraiment en colère ou faisait-elle semblant ? Trente ans après, je crois qu’elle jouait. Mais je pris peur.

“Non, Madame Michelle. Je la regarde seulement. Elle est belle.”

“Tu n’as pas de mobylette ?” “Je n’ai pas l’âge.”

“Tu as quand même un vélo ?” “Non. On n’a pas les sous.”

“Viens avec moi…”

Et voilà que Michelle me prend par la main et m’entraîne le long de la rue Pannecau, elle de ses longues foulées de maîtresse-femme, moi m’attachant à la suivre, mi-courant, mi-trottinant.

Place Saint-André, il y avait le magasin de cycles “Morisson” dont les vitrines nous attiraient plus sûrement que la grise porte de l’école.

Et voilà que nous y entrons, elle avec la fougue qui l’habitait alors, moi avec le respect et la crainte de celui qui, pour la première fois, pénètre dans un lieu saint.

“Choisis…”

Choisir ? Ils étaient tous magnifiques. Mais je n’ai pas hésité longtemps. J’ai pris le plus beau, un demi-course métallisé avec cale-pieds et dérailleur.

Et Michelle, superbe, se tournant vers le vendeur :

“Tu viendras te faire payer chez moi… »

Hommage

Voilà qui était Michelle, elle nous a quittés, mais son souvenir est, et demeurera toujours présent dans les mémoires de celles et ceux qui l’ont connue.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager, c’est l’objectif premier des Bayonnades… le partage !

Retrouvez très bientôt de nouveaux articles sur les «Bayonnades » ! Pour être informé directement de leur arrivée, abonnez-vous, c’est gratuit ! (Haut de la colonne de droite)

Rodéo à St André !

C’est à un spectacle pour le moins insolite que nous avons pu assister lors des Fêtes du Petit-Bayonne de l’An de Grâce 1977…

En effet c’est lors de cette édition que l’Amicale du Petit-Bayonne a décidé d’organiser un rallye en peu spécial, tellement spécial qu’il s’est carrément déroulé sur la place St André.

Mais des images valent bien plus qu’un long discours, je vous laisse découvrir la vidéo.

Une autre époque, un autre temps…

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager, c’est l’objectif premier des Bayonnades… le partage !

Retrouvez très bientôt de nouveaux articles sur les «Bayonnades » ! Pour être informé directement de leur arrivée, abonnez-vous, c’est gratuit ! (Haut de la colonne de droite)

Bayonne Vaches versus Cheminots !

Si les vaches prennent visiblement plaisir à regarder passer les trains, il en était tout autrement pour trois vaches bayonnaises portant les doux sobriquets de « Joyeuse », « Margot » et « Curieuse »…

C’est (une partie de) l’histoire de la vie de Marie Hyppolyte surnommée Mayi, personnalité bayonnaise connue comme le loup blanc qui résidait dans la ferme familiale située à Glain.

Après la perte de sa maman, elle y demeurait seule et élevait vaches, poulets et lapins.

Mayi qui, suite à un accident, était handicapée du pied gauche, chevauchait quotidiennement son Solex pour se rendre aux Halles en fin de matinée afin d’y recueillir les fruits et légumes invendus pour nourrir les animaux de sa ferme, c’est ce que l’on appellerait aujourd’hui un « circuit court ».

C’est donc après avoir ramassé tout ce qu’elle pouvait, et constitué une interminable pile de caisses sur le porte bagage de son deux-roues, qu’elle s’élançait vers Glain, et là… gare aux imprudents qui se trouvaient sur son passage !

Les 3 fugueuses

Arrivée tant bien que mal à bon port, les poules attirées par le stock conséquent de nourriture se précipitaient à sa rencontre, les lapins attendaient sagement dans leurs clapiers, et les vaches… ah oui les vaches… et bien elles s’étaient comme à leur habitude échappées !

Partisanes que l’herbe est toujours plus verte, non pas de l’autre côté de la vallée, mais bel et bien autour voire sur la voie ferrée, nos trois fugueuses avaient pour habitude de s’y rendre dès que Mayi avait le dos tourné…

Et c’est là que ça se corse…

Un troupeau de rebelles

Il se trouve que sur ce tronçon passaient (et passent toujours d’ailleurs) à vitesse réduite des trains et notamment le Paris-Hendaye.

Cet endroit précis était devenu la hantise pour ne pas dire le cauchemar des conducteurs de trains qui restaient régulièrement bloqués de 10 minutes jusqu’à parfois plus d’une demi-heure, selon que Mayi soit là ou pas pour évacuer ses vaches de la voie ferrée.

Et cela pouvait arrivait plusieurs fois par jour !

S’enchainait alors un concert de sirène(s) de train(s) tentant en vain d’effrayer nos téméraires ruminants, qui habitués à ce vacarme, ne daignaient même pas lancer un regard.

Plus le temps passait et plus les conducteurs étaient furieux, appuyant de plus en plus frénétiquement sur « la corne » (si j’ose dire) pour manifester leur exaspération.

Mayi montait alors sur le talus et d’un geste faisait partir ses trois vaches, sous les invectives des conducteurs et parfois même des passagers.

Les vaches adorant l’endroit et les trains persistant à passer par là, ce cirque a perduré des années.

Encore une histoire de vaches à Bayonne !

Et puis un jour Mayi et ses vaches s’en sont allées, notons que dès lors, les indices d’exactitude de la Société Nationale des Chemins de Fer Français s’améliorèrent tout aussi fortement que subitement.  

Une autre époque, un autre temps…

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager, c’est l’objectif premier des Bayonnades… le partage !

Retrouvez très bientôt de nouveaux articles sur les «Bayonnades » ! Pour être informé directement de leur arrivée, abonnez-vous, c’est gratuit ! (Haut de la colonne de droite)