Quiz : Êtes-vous incollable sur l’Aviron et le derby ?

Une fois n’est pas coutume, mais aujourd’hui est un jour spécial, même très spécial, nous allons donc évoquer un sujet très peu abordé ces derniers temps, j’ai nommé « l’Aviron et LE derby » 😉

Plus sérieusement…

Puisqu’il faut bien reconnaitre que ces derniers jours tout a été dit sur le Derbyssime du siècle, je vous propose d’aller un peu plus loin…

Comme je sais que vous aimez les Quiz sur Bayonne, je vous en ai concocté un de derrière les fagots sur un sujet Ô combien sensible : L’Aviron et les Derbies.

Tout comme vous sans doute, mon cœur penche fortement vers les clochers de Ste Marie et St André, mais je me bornerai à souhaiter que le meilleur gagne !

En tout cas j’espère que ce quiz fera un peu redescendre la pression que nous subissons tous !

Amusez-vous bien !

Vous venez de lire “Quiz : Êtes-vous incollable sur l’Aviron et le derby ?

CETTE PUBLICATION VOUS A PLU ? ABONNEZ-VOUS C’EST GRATUIT ! (Haut de la colonne de droite)

L’ancien “Disque bleu” à Bayonne

Souvenez-vous de l’ancien “Disque bleu” à Bayonne

Payer pour se garer n’est pas vraiment nouveau à Bayonne comme ailleurs.

Cela a commencé par la « Zone bleue », progressivement remplacée dans les années 70 par les parcmètres, remplacés à leur tour par les horodateurs.

Mais revenons à l’ancienne « Zone bleue » et plus particulièrement au fameux « Disque bleu ».

C’est Jean-Michel RENOM qui m’a envoyé les photos de l’indissociable accessoire de l’automobiliste d’antan, et je tiens à l’en remercier.

En y regardant de plus près certains détails sont des plus amusants… (voir images plus bas)

Tout d’abord le recto, la version « matinale », hormis le fait que la « réclame » pour « Printafix » occupe plus d’un tiers de l’espace total, on y trouve les mentions suivantes :

Disque de contrôle de stationnement

Disque obligatoire pour toutes les voitures automobiles, sauf les dimanches et jours fériés, dans la zone délimitée par les panneaux dont le modèle figure au verso.

A placer contre la face interne du pare-brise ou, s’il n’y en a pas, a un endroit apparent, convenablement choisi, pour être vu de devant le véhicule. Il est interdit :

1) de faire figurer sur le disque des indications d’horaires inexactes ;

2) de modifier les indications du disque sans que le véhicule ait été remis en circulation ;

3) de stationner à nouveau à l’intérieur de la zone à moins de 100 mètres du premier point de stationnement.

Le stationnement abusif paralyse la circulation.

J’avoue que la précision « …s’il n’y en a pas » en évoquant le parebrise m’amuse beaucoup.

Également l’obligation de stationner à plus de 100m en cas de nouveau stationnement, inutile de vous dire que cette règle était quelque peu bafouée !

Mais gare aux fraudeurs, pas vu, pas pris, mais… vu… pris ! Et les amendes étaient déjà tout aussi imbattables que les prix de Printafix !

Disque bleu recto
Disque bleu verso

J’espère que cette publication rappellera quelques souvenirs à ceux qui ont connu cette si chère époque.

Vous venez de lire “L’ancien “Disque bleu” à Bayonne”

CETTE PUBLICATION VOUS A PLU ? ABONNEZ-VOUS C’EST GRATUIT ! (Haut de la colonne de droite)

La quinzaine commerciale de 1970

Disparue de Bayonne depuis des lustres, la quinzaine commerciale était (presque) un événement attendu par tous.

En tout premier lieu par les commerçants qui avaient là une excellente occasion de liquider une partie de leurs stocks.

Mais aussi les chalands qui flânaient dans un centre-ville plein d’animation, à la recherche de l’affaire du siècle.

Des lots de choix !

De nombreux jeux étaient organisés, avec pour point d’orgue les lots “prestigieux” qu’il était possible de gagner.

Comme vous allez le voir, les organisateurs ne lésinaient pas sur les lots en question, pas moins de 6 voitures à gagner cette année là !

Pour la petite histoire en 1970, le 1er prix était constitué d’une Renault 12 flambant neuve, les 5 autres des « 4L » tout aussi rutilantes (voir photos plus bas).

De nombreux autres lots étaient en jeu, comme par exemple des vélo ou des voyage.

Je me souviens très bien de cette période de l’année, mars-avril, ou des hauts parleurs installés dans les rues, hurlaient (et je pèse mes mots) des slogans publicitaires, et autres tubes du moment.

Il faut reconnaître que ceux qui, comme nous à la rue Bourgneuf, avaient le « privilège » d’en avoir un juste sous la fenêtre bénissaient le jour ou ça s’arrêtait…

Voici donc quelques photos de la fameuse quinzaine commerciale Bayonnaise en 1970.

Encore et toujours merci à Daniel VELEZ (Photographe) qui m’a fourni ces superbes images.

Vous venez de lire “La quinzaine commerciale de 1970”

CETTE PUBLICATION VOUS A PLU ? ABONNEZ-VOUS C’EST GRATUIT ! (Haut de la colonne de droite)

Quiz : Êtes-vous incollable sur Bayonne ? Vol.2

Et vous, êtes-vous incollable sur Bayonne ?

Vous avez été des milliers à faire les quiz des Bayonnades c’est génial !

Le plus beau c’est que vous avez réalisé une véritable collection de performances !

Un grand BRAVO à tous ! Et comme je vois que vous appréciez ce petit divertissement, je vous en ai concocté un tout nouveau dont voici l’intitulé…

Quiz Êtes-vous incollable sur Bayonne ? Vol.2

Comme d’habitude, il est possible de retrouver toutes les (bonnes) réponses sur le site des « Bayonnades », donc n’hésitez pas à farfouiller…

Si vous avez une minute, essayez de me faire savoir ce que vous en pensez, j’ai d’ailleurs beaucoup apprécié vos nombreux messages.

Et si cela vous plait vraiment, n’hésitez pas à le partager !

A vous de jouer !

Vous venez de lire “Quiz : Êtes-vous incollable sur Bayonne ? Vol.2”

CETTE PUBLICATION VOUS A PLU ? ABONNEZ-VOUS C’EST GRATUIT ! (Haut de la colonne de droite)

Riton le festayre aux 1000 excuses !

Les Fêtes ! Le moment ultime attendu religieusement 360 jours par an par la plupart des Bayonnais (pour ne citer qu’eux).

Mais il en est certains qui autrefois faisaient preuve de la plus grande imagination pour éviter à tout prix toute activité laborieuse durant cette période bénie.

Et tout particulièrement un que vous connaissez déjà, j’ai nommé « Riton »

En matière d’excuses pour ne pas travailler durant les Fêtes, notre Riton faisait preuve d’une ingéniosité telle, qu’il aurait fait passer Léonard de Vinci pour un cerveau de seconde zone.

Ses techniques étaient aussi variées que les couleurs de tulipes du Keukenhof en pleine saison.

Voici quelques échanges auxquels j’ai assisté, généralement le lundi précédant les Fêtes

Aux 4 saisons

L’approche directe.

« Patron, je ne sais pas ce que j’ai, mais depuis hier j’ai quelques vertiges, je me demande si vous ne devriez pas me mettre en repos »

« C’est cela Riton, par exemple jusqu’à lundi prochain, lendemain des Fêtes, cela te va ? »

« Ouais… ouais, ce serait pas mal, comme ça je reviendrais en pleine forme »

« Fous-moi le camp travailler grand fainéant !!! »

L’approche psychologique.

« Patron, il faut qu’on parle »

« Qu’est-ce que tu veux Riton ? »

« Vous savez que j’habite sur le quai Jaureguiberry, et pendant les Fêtes, il y a tellement de bruit dans la journée que ça m’empêche de dormir, et comme je voudrais éviter les somnifères trop forts, j’ai pensé que vous pourriez… »

« Fous-moi le camp travailler grand fainéant !!! »

L’approche technico-médicale.

« Patron j’ai entendu dire que les heures de sommeil de jour comptent pour la moitié des heures de sommeil la nuit, en d’autres termes, si je dors 8h de jour, ça correspondrait à 4h de nuit, ça fait pas beaucoup »

« Oui c’est probablement vrai et alors ? »

« J’ai aussi entendu des ‘grands spécialistes’ dire que pendant les Fêtes, ces mêmes heures étaient encore divisées par deux, et je me demandais si… »

« Tu as raté ta voie Riton, c’est pas ripeur que tu aurais dû faire,  mais spécialiste du sommeil, en attendant va travailler ! »

L’approche via arrêt de travail.

« Patron, ça va pas, j’ai un arrêt de travail, je suis au plus mal »

« Qu’est-ce qu’il t’arrive mon garçon ? »

 « Hypertension ! »

« Quoi mais comment cela se fait à ton âge ! Tu as combien ? »

« Euh… 14/9… »

« Alors celle-là on ne me l’avait jamais faite ! Tu n’es qu’une feignasse, fous le camp ! »

Les approches « Tout-venant »

Grands-parents décédés (plusieurs fois) … Frère (qu’il n’avait pas) hospitalisé, incendie subit de la maison de ses parents, mariages, enterrements, baptêmes, et même la panne de voiture alors qu’il habitait à 200m !

Bref les 1000 excuses de Riton pour ne pas travailler durant les Fêtes.

Je précise que lors de l’arrêt de travail pour hypertension, notre Riton, ayant après quelques verres, oublié qu’il lui fallait éviter le carreau des Halles, s’est fait comme qui dirait « chopper » par le patron qui en a profité pour lui refaire une ordonnance longue durée…

Carreau des Halles

Il est vrai qu’il était assez délicat de passer cette période de festivités à décharger des camions, surtout quand des copains passaient nous voir, certains nous offraient un coup de Chahakoa, d’autres dans un état déjà avancé arrivaient à nous saouler sans avoir bu une goutte !    

Voilà, encore quelques anecdotes et souvenirs des Halles du Bayonne d’antan, encore bien présents dans mon esprit, et que je voulais partager avec vous aujourd’hui.

Vous venez de lire “Riton le festayre aux 1000 excuses !

CETTE PUBLICATION VOUS A PLU ? ABONNEZ-VOUS C’EST GRATUIT ! (Haut de la colonne de droite)