Avis aux abonnés du Mexique, Salvador, Guatemala

Bonjour à tous, cette publication est un peu spéciale, merci de la diffuser à vos contacts svp.

Sachant que nous comptons de fidèles lecteurs des Bayonnades au Mexique, au Salvador, et peut-être bien au Guatemala… (mais là je n’en suis pas sûr)

Si vous faites partie de ceux-ci, pourriez-vous svp entrer en contact avec moi par email ?

J’ai une petit surprise que je voudrais vous annoncer en priorité !

Mon email : andre@bayonnades.fr

Attention pépite… Film de Bayonne en 1937 !

Découvrez ici une véritable pépite de notre chère cité dénichée par mon ami Luzien Daniel ARBISA que je remercie vivement pour cette fantastique trouvaille !

On peut y voir le pont St Esprit sur lequel on aperçoit quelques piétons mais aussi un homme à cheval.

Le deuxième plan est pris depuis la place du Réduit, face à la « Belle Jardinière » de l’époque qui était située à l’entrée de la rue Bourgneuf.

Sur cette même prise de vue, on voit clairement le pont Mayou avec en arrière-plan les premières Halles Centrales, et si vous regardez bien vous verrez même une voiture d’époque traversant le pont ainsi qu’un fourgon devant l’actuel « Victor-Hugo ».

Le Port…

Sur la prise suivante, on y voit clairement un grand bateau à vapeur à hauteur du quai de Lesseps, avec la Citadelle en arrière-plan.

Viennent ensuite les grues légères prêtes à décharger les bateaux, installées au niveau de l’ancienne Place d’Armes, juste derrière la Mairie.

N’oublions pas qu’il n’y a pas si longtemps les bateaux de commerce remontaient quasiment jusqu’au pont Mayou, de nombreuses photos en montrent amarrés à hauteur de la Mairie par exemple.

Pour en revenir à la vidéo, ce qui semble être un voilier de plaisance, mais je n’en suis pas certain, car c’est plutôt inattendu à cette époque apparait sur l’Adour.

Le film s’achève sur les imposantes et lourdes grues situées en aval rive droite, en train de décharger un cargo.

Bref, il s’agit bien d’une véritable pépite, qui nous donne une petite idée de la vie Bayonnaise d’antan.

Encore merci

Encore merci à Daniel, et puis… si vous avez besoin d’un dépanneur/formateur informatique compétent, n’hésitez pas à faire appel à lui !

Voici donc Bayonne en… 1937 !

Vous venez de lire “Attention pépite… Film de Bayonne en 1937 !”

Si cette publication vous a plu, n’hésitez pas à le partager, c’est l’objectif premier des Bayonnades… le partage !

ABONNEZ-VOUS C’EST GRATUIT 
(Haut de la colonne de droite)

Rien que pour vous !

Je m’en remets à Ste Marie, St Léon et St André pour que cette nouvelle année soit celle du renouveau, pour qu’elle soit celle du retour à une vie meilleure.

Je m’en remets à Ste Marie, St Léon et St André pour que cette nouvelle année soit celle des retrouvailles en famille, entre amis, entre jeunes, entre anciens… entre tous !

Je m’en remets à Ste Marie, St Léon et St André pour que cette nouvelle année soit celle du retour des fameuses envolées hautes en couleurs, du retour des échanges batailleurs teintés d’une mauvaise foi assumée, mais aussi celle du retour de franches rigolades.

Je m’en remets à Ste Marie, St Léon et St André pour que cette nouvelle année soit celle du retour du bien être Bayonnais, celui ou notre chère Bayonne illumine au moins autant les yeux des enfants qui y grandissent, que les cœurs attendris des plus anciens.

Je m’en remets à Ste Marie, St Léon et St André pour que cette nouvelle année soit celle ou notre chère Bayonne retrouvera ses couleurs, sa douceur, sa gaieté, sa joie de vivre.

Je m’en remets à Ste Marie, St Léon et St André pour que cette nouvelle année ne se déroule pas sans Fêtes, sans Fermin ni sans Pançar !

Je m’en remets à Ste Marie, St Léon et St André pour que cette nouvelle année vous apporte à tous la joie, le bonheur, la sérénité, sans oublier naturellement la santé !

Je suis persuadé que Ste Marie, St Léon et St André vont exaucer mes bons vœux, en tout cas ce sont ceux que je vous souhaite à tous !

Affectueusement.

André

ABONNEZ-VOUS C’EST GRATUIT 
(Haut de la colonne de droite)

1977 Le Père Noël arrive à Bayonne !

Bien que le contexte ne soit pas idéal à l’approche de ces fêtes de fin d’année, nous devons avant tout nous souvenir que Noël et sa féérie fait partie de notre patrimoine et restera dans nos cœurs quoi qu’il arrive !

Il est donc important de nous laisser « transporter » dans le monde magique de cette tradition qui nous a laissé, nous laisse et nous laissera tant de souvenirs inoubliables empreints de myriades d’étoiles.

Je vous souhaite à tous un JOYEUX NOËL !!!

Pour fêter ça, une superbe photo et une vidéo de 1977 qui, à défaut de ravir vos papilles, devraient ravir vos pupilles 😉

Deux vieilles bobines de film « Super 8 » sorties directement d’un carton de stockage par Claude Jammaerts notre aimable contributeur, et votre serviteur pour le montage et la diffusion.

Le résultat ? Vous jugerez par vous-même, mais je pense que le contenu de cette vidéo vous renverra illico il y a plus de 40 ans, émotion comprise bien entendu.

Devant les « Dames de France »

Sur le contenu, pour celles et ceux qui ne le savent pas (encore) on trouvait tous les ans le Père Noël perché sur son tabouret devant les « Dames de France » à l’angle de la rue Thiers et de la place Jacques Portes.

C’est là qu’il recevait les enfants qui venaient lui passer leurs commandes en direct, les plus petits freinaient des deux pieds à la vue de cet impressionnant barbu tout vêtu de rouge, mais une fois l’effet de surprise estompé il faisait vite la place au bisou traditionnel.

Père Noël 1962 Bayonne

Recueil des commandes

Sur cette vidéo on peut voir notre Père Noël en train d’arpenter les rues de Bayonne pour recueillir les commandes des petits Bayonnais.

Sur le pont et la rue Pannecau, de nombreux enfants l’attendent avec autant d’impatience que de curiosité.

Regardez bien, certain(e)s s’y retrouveront ou y retrouveront de la famille ou des amis !

Dernière petite précision, si j’ai choisi Elvis pour la bande son c’est parce qu’il nous a quittés juste quelques mois avant que ce film ne soit réalisé.

Important

Si vous aussi avez des anecdotes ou des témoignages que vous souhaitez partager, contactez-moi directement : andre@bayonnades.fr

Parlez-en autour de vous et aidez-nous à recueillir cette part de notre patrimoine que nous nous devons de transmettre.

Je vous en remercie vivement par avance !

Crédits

  • Contributeur : Claude JAMMAERTS
  • Montage : André COMBE

Vous venez de lire “1977 Le Père Noël arrive à Bayonne !”

Si cette publication vous a plu, n’hésitez pas à le partager, c’est l’objectif premier des Bayonnades… le partage !

ABONNEZ-VOUS C’EST GRATUIT 
(Haut de la colonne de droite)

Bayonne un pugilat bimensuel !

Dans les années de mon enfance (et de mon adolescence), et plus précisément rue Bourgneuf ou j’ai grandi, un phénomène survenait de façon récurrente tous les 15 jours, laissez-moi vous raconter ça…

En fait l’objet du tourment était un panneau de signalisation, qui était à la paix sociale Bayonnaise ce que le zèbre est aux arts équestres !

Il était à l’origine non seulement de la phrase la plus prononcée qui était : « M….., je dois bouger la bagnole ! », mais aussi d’une zizanie sans nom, le voici…

Les prémices de la soirée…

M. Etcheverry un voisin rompu à l’exercice, avait pour habitude de se poster à sa fenêtre vers 20h tous les quinze jours, non sans arborer un sourire de délectation, rien qu’à la perspective des animations quasi garanties de la soirée à venir…

Mais pourquoi donc ?

Tout simplement parce que ce fameux panneau obligeait les automobilistes stationnés d’un côté de la rue à se garer de l’autre côté tous les quinze jours.

Mais il y avait un hic, et pas n’importe lequel, la date était clairement identifiée, mais… pas l’heure…

Si l’on s’en tenait stricto sensu à la législation en vigueur, il fallait descendre à minuit pour changer sa voiture de côté, ce qui vous l’imaginez, était peu envisageable, et surtout pas du tout envisagé par les riverains…

Et alors ?

Débutait alors une sorte d’anarchie, chacun y allant de son horaire, les anxieux souhaitant ne pas être « en retard » changeaient de côté vers 19h, voire encore plus tôt, si… si… ça s’est vu.

D’autres moins traumatisés par les obligations légales le faisaient quand ils y pensaient, à 23h voire plus tard, enfin les plus récalcitrants ne bougeaient leur voiture que pour partir travailler… le lendemain !

Résultat ?

Comme vous l’imaginez, plus la soirée avançait, plus la rue prenait des faux airs de parcours d’obstacles, les automobilistes devant zigzaguer entre les voitures garées.

Mais… parce qu’il y a un « mais », certains plus malins que les autres souhaitant se garer sans s’embarrasser, n’hésitaient pas à se garer du « bon côté » alors même qu’une voiture était encore garée du « mauvais », c’est à dire côte à côte !

Pratique qui, vous l’imaginez, créait immédiatement un blocage total de la circulation !

Conséquences…

Et c’est en fait là que cela devenait « intéressant » si j’ose dire, car nous pouvions dès lors profiter d’une palette très variée de réactions, allant du timide coup de klaxon, au signal plus affirmé et répétitif, jusqu’au virtuose maitrisant son outil et capable d’interpréter une toccata aussi fougueuse que féroce !

Sûrs de leur bon droit, ces derniers s’en donnaient à cœur joie, et bien entendu, qu’il soit 21h ou… 2 heures du matin, l’important pour eux étant de passer, et ce quoi qu’il en coute… !

Inutile de préciser que les riverains (dont je faisais partie) goutaient très moyennement ces pratiques cavalières, il était d’ailleurs très fréquent qu’une insulte aussi colorée qu’affirmée fuse depuis une fenêtre.

Ce qui attisait d’autant la morgue pour ne pas dire l’audace des « pilotes » qui dès lors, passaient systématiquement un cran au-dessus !

Jusqu’au pugilat !

Du coup, il n’était pas rare que l’un des riverains descende directement en découdre avec les plus insistants, s’ensuivait alors une pluie d’insultes pouvant aller jusqu’au pugilat !

Ce qui bien entendu ne résolvait en rien le problème.

Certains des habitants de la rue (que je ne nommerais pas), rompus à l’exercice affichaient d’ailleurs un palmarès du calibre d’une gloire de boxe anglaise.

Ce qui somme toute n’était pas anormal, entrainés qu’ils étaient… tous les 15 jours !

Une variante consistait à demander main forte à quelques costauds friands des chapelles (bars) de la rue, pour riper à la main telle ou telle voiture sur le côté voire sur le trottoir, là encore, ceci avait pour conséquence d’énerver passablement le voisin qui de sa fenêtre découvrait le spectacle, surtout lorsqu’il s’agissait de… sa voiture !

En conclusion

Comme vous pouvez le constater; à l’époque les litiges du quotidien étaient traités « en local » et en direct, personne n’appelait la police ou contactait la Mairie, 2 fois par mois tout se réglait avec autant de célérité que d’efficacité.

Vous qui le découvrez, ou qui vous en souvenez en lisant cet article, croyez bien que l’ambiance à Bayonne n’était pas réservée à la période des Fêtes, oh que non, loin de là !

Mais cela aussi faisait partie des charmes éternels de notre chère cité…

Vous venez de lire “Bayonne un pugilat bimensuel !”

Si cette publication vous a plu, n’hésitez pas à le partager, c’est l’objectif premier des Bayonnades… le partage !

ABONNEZ-VOUS C’EST GRATUIT 
(Haut de la colonne de droite)

Haut de page