Origine de 7 sites Bayonnais

Vous voulez en savoir un peu plus sur l’histoire des sites « Bastion Royal », «Arsenal», «Paul Bert », « Château Neuf », « Réduit », « Mousserolles », ou même de « l’Église Saint André » ?

Vous trouverez ici un descriptif de leur origine…

L’ARSENAL (Place de)

Lieu de construction, d’entretien et d’armement des navires de guerre.

Anciens noms : Dépendance des Cordeliers – Sainte Claire – Retranchement Sainte Claire – Rue de Menous

La Place de l’Arsenal autrefois.

BASTION ROYAL

Fier défenseur du quartier du Petit-Bayonne et de la rivière Nive depuis le 17ème siècle.

Le riche vocabulaire de l’architecture militaire se décline à l’infini pour caractériser la place forte qui a fait de Bayonne, tout au long de son histoire, un site stratégique de défense du territoire.

De l’autre côté de la Nive, la Redoute Royale protégeait la caserne du Génie, aujourd’hui disparue.

Le Bastion Royal

PAUL BERT (place)

1833/1886 – Médecin – Homme politique – Ministre instruction publique.

Paul Bert, né le 19 octobre 1833 à Auxerre et mort le 11 novembre 1886 à Hanoï, est un médecin, physiologiste et homme politique français.

Élève de Claude Bernard, suppléant de Pierre Flourens au Muséum National d’Histoire Naturelle, il étudie la physiologie de la respiration (en altitude et en plongée) et s’intéresse à la greffe et à l’anesthésie.

Élu député radical à partir de 1872, il est ministre de l’Instruction publique et des Cultes de 1881 à 1882.

Anticlérical, il est l’un des fondateurs de l’« École gratuite, laïque et obligatoire » loi du 09/08/1879 imposant la création d’au moins une École normale de garçons mais aussi de filles par département, pour la formation des « hussards noirs ».

Il s’attacha spécialement à la scolarisation des enfants et des jeunes filles, et rédigea plusieurs ouvrages d’enseignement scientifique d’une grande valeur pédagogique.

Paul Bert

Ministre des Cultes, il se consacra à la lutte contre le cléricalisme.

Il a été membre de plusieurs sociétés de libres penseurs dont la plupart se sont créées au début des années 1880. Il publia en 1880 l’ouvrage “La morale des Jésuites” puis en 1881 un manuel d’instruction civique de coloration nettement anticléricale, qui fut mis à l’Index par l’Église catholique.

Paul Bert fut membre fondateur et vice-président jusqu’à sa mort de l’Union de propagande démocratique anticléricale.

En janvier 1886, il est nommé résident supérieur de l’Annam-Tonkin, en Indochine, où il meurt quelques mois plus tard des suites du choléra.

Anciens noms : Place du collège – Place de la Ramade

La Place Paul Bert lors des fêtes

CHÂTEAU NEUF

15ème Siècle

Sur les hauteurs de Mocoron, cet ensemble fortifié porte aujourd’hui la marque du Maréchal de Vauban, qui l’adapte aux progrès militaires du 17ème siècle et en fait le logement de la garnison chargée de défendre la route de l’Est (Urcuit, Urt, Guiche etc.).

Son origine est cependant beaucoup plus ancienne et remonte au 15ème siècle et à la prise de la ville par les Français.

Ce « Château-Neuf » (par opposition au « Château-Vieux » des vicomtes du Labourd situé un peu plus loin) est commencé sous Charles VII. Son successeur Charles VIII en fait une puissante forteresse dotée de tours défensives et de courtines percées d’embrasures.

L’édifice est aujourd’hui occupé par l’IUT de Bayonne. Sur les hauteurs de Mocoron.

Anciens noms : Château Mocoron

Le Château Neuf autrefois

ÉGLISE SAINT ANDRÉ

Construction de 1856 à 1869     

Construite à l’emplacement d’une église médiévale grâce à un legs d’un paroissien, Mr Lormand, ce vaste édifice néo-gothique est l’œuvre des architectes Hippolyte Guichenné et Hippolyte Durand.

Son édification commence en 1856 et se termine en 1869.

Sa façade quelque peu massive s’inspire librement de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

L’intérieur, très lumineux, est éclairé par trois rosaces inspirées du gothique rayonnant et par de grandes baies ogivales.

Ne pas manquer de contempler l’orgue impérial « Wenner & Götty » datant de 1862 (35 jeux), classé monument historique depuis 2002.

L’Église Saint André

RÉDUIT (Place du)

Réduit dessiné par Vauban en 1680      

Le réduit est dessiné par Vauban en 1680 et construit à la fin du 17ème siècle (tout comme la citadelle de Bayonne), à la demande de Louis XIV qui désirait fortifier la ville de Bayonne.

La Porte de France, de style classique, fut achevée vers 1760.

Un premier niveau offre des colonnes antiques à pilastres, au second niveau, une niche abrita la statue de Louis XV jusqu’en 1789.

Le président de la République Armand Fallières approuva la loi de déclassement de la place forte en juin 1907.

La municipalité de Léo Pouzac se félicita de la destruction du Réduit car la circulation bayonnaise se trouverait ainsi considérablement améliorée.

La Porte de France fut démontée en 1907, les pierres de l’édifice servirent à surélever l’esplanade sur laquelle fut érigée la statue du cardinal Lavigerie en juillet 1909.

La Porte de France a été retrouvée enterrée sur place et remontée à la Poterne

Le 12 février 1937, l’échauguette s’effondre dans les flots de l’Adour.

La Place du Réduit

MOUSSEROLLES (Porte)

Redoute Est de l’Adour.             

La porte de Mousserolles de la redoute Est de l’Adour est conservée pratiquement en l’état, avec une casemate aux poudres et un corps de garde.

Elle conserve une partie du mécanisme d’ l’ancien pont-levis.

Elle garde le souvenir de la reine douairière d’Espagne Marie-Anne de Neubourg, réfugiée à Bayonne depuis 1706, qui y fait ses adieux solennels au Conseil de ville en 1738 après avoir été autorisée à rentrer dans son pays d’origine.

Aux alentours, dans les anciennes douves, une promenade arborée et des aires de jeux pour les enfants ont été aménagées

Pavillon X siège de l’amicale du Petit Bayonne, pavillon Y Léo Lagrange et les 2 casemates de la Baïona Banda et de l’A.S.B.

La Porte Mousserolles

Nous connaissons tous plus ou moins les noms des rues de notre chère cité.

Mais de là à connaitre leur origine c’est une autre histoire…

C’est un travail de recherche que j’envisageais de faire depuis des lustres, sans vraiment trouver le temps de m’y atteler.

Et c’est là que Claude Jammaerts ancien trésorier de l’Amicale du Petit-Bayonne et fervent amateur des « Bayonnades » m’a contacté.

Lors de notre rencontre autour d’un café, il m’a confié avoir travaillé sur l’origine du nom des rues du Petit Bayonne, et exprimé un souhait que nous avons en commun, celui partager avec le plus grand nombre le fruit de ses recherches.

Voici donc une nouvelle rubrique qui vous dévoilera régulièrement l’origine des noms de rues et places de Bayonne.

Si vous aussi avez des informations se rapportant à ce sujet, n’hésitez pas à me les envoyer ! Je vous en remercie par avance.

Retrouvez très bientôt de nouveaux articles sur les «Bayonnades » ! Pour être informé directement de leur arrivée, abonnez-vous, c’est gratuit !

Des Jacobins de 1265 aux élèves de 2019

Il y a quelques semaines, un email arrive dans ma boîte, il s’agit d’une invitation que m’adresse Jean-Pierre Condon pour participer à la première visite guidée du Lycée Paul Bert conçue et réalisée par certains élèves.

Le jour venu, mon épouse et moi sommes aimablement accueillis par Jean-Pierre Condon et Madame Leclerc.

La visite guidée

Tout le monde est là, nous pouvons donc débuter la visite, guidés que nous sommes par nos « experts ès Lycée Paul Bert », j’ai nommé les élèves/guides :

Marie, Sharleen, Haize, Elorri, Anaïs, Joé et Tybau

Il ne m’aura fallu que quelques minutes pour réaliser que cet établissement situé à moins de 100m de mon lieu de naissance m’est totalement étranger, au point que je n’ai même jamais eu l’occasion d’y mettre les pieds…

L’une de nos élèves/guides en pleine explication

On sent bien que nos hôtes du jour sont enthousiasmés par le fait de nous apprendre des tas de choses, même s’ils ont parfois le discours un peu hésitant, ceci est vite oublié tant ce qu’ils nous racontent est passionnant !

Je tiens d’ailleurs à souligner l’importance du travail de recherche et de préparation qu’ils ont réalisé.

Mais qu’a-t-on appris au juste ?

C’est en 1215 que les Jacobins s’installent au Bourg Neuf (Place du Réduit), 50 ans plus tard, soit en 1265, ils se déplacent plus en amont à l’emplacement actuel du Lycée des métiers Paul Bert.

Pour l’anecdote, on retrouve un mur de l’édifice religieux dans l’actuelle salle de sport du lycée.

Mur du Couvent des Jacobins

Le couvent des Jacobins a été rebâtit entièrement à neuf en 1545, il faut dire qu’il est alors devenu le plus riche de Bayonne et de loin…

L’hôpital militaire

C’est en 1832 pour répondre aux besoins sanitaires des garnisons présentes à Bayonne qu’il est décidé de construire un hôpital militaire de 800 lits.

Les vestiges du couvent des Jacobins et des Capucins sont détruits en 1833/1834 et l’hôpital militaire est inauguré en 1842 par le Maréchal Harispe(1) et Monseigneur Lacroix(2).

De nombreux blessés de la Grande Guerre seront ainsi soignés à Bayonne.

Un peu plus tard, l’Hôpital militaire devient un établissement scolaire durant les mandatures de trois maires :

  • Joseph Garat élu en 1925 et réélu en 1929
  • Jules Lafourcade élu en 1934
  • Et Pierre Simonet élu en 1935

En 1937 de nombreux réfugiés espagnols fuyant la guerre d’Espagne sont hébergés dans les locaux de l’établissement scolaire.

De 1942 à 1944 pendant la 2ème guerre mondiale, l’établissement sert de mess aux sous-officiers et de dortoir aux troupes de la Wehrmacht.

Inscription “Waffen” toujours visible

C’est en 1945 que l’établissement prend le nom de Lycée Technique Municipal, avant de devenir le Lycée Professionnel Paul Bert en 1985.

Enfin en 2009, il obtient le label « Lycée des Métiers ».

Conclusion

Il ne vous aura pas échappé que je me suis contenté de vous faire un résumé de notre visite, j’espère toutefois que celui-ci vous aura appris certaines choses.

Encore merci à Jean-Pierre Condon, à Mme Leclerc ainsi qu’à Marie, Sharleen, Haize, Elorri, Anaïs, Joé et Tybau, qui nous ont permis de découvrir l’un des trésors historiques de notre chère cité.

Il est à croire que le moindre recoin de notre Bayonne recèle de véritables trésors trop souvent insoupçonnés.

L’Histoire de notre ville est parfois glorieuse, parfois curieuse mais souvent surprenante.

(1) Jean Isidore Harispe, Maréchal de France, né le 7 décembre 1768 à Saint-Étienne-de-Baïgorry.

Député des Basses-Pyrénées, il fut élevé à la dignité de Maréchal de France le 11 décembre 1851 par le président Louis-Napoléon Bonaparte.

Sénateur sous le Second Empire, il mourut le 26 mai 1855 à l’âge de 86 ans à Lacarre.

(2) François Lacroix né le 16 novembre 1793 à Entraygues (Aveyron) et mort à Bayonne le 12 octobre 1882

Supérieur du séminaire de Rodez en 1833, il est sacré évêque de Bayonne en 1837, il abandonne cette fonction en 1878.

Si cet article vous a plu, abonnez-vous à « Bayonnades » et recevez directement les nouveaux articles par email !