Riton le champion des ripeurs !

Les aventures de Riton le champion des ripeurs !

Dans la lignée des exploits de notre Riton favori, laissez-moi vous raconter ce qui constitue l’un de ses plus hauts faits d’armes.

Nous sommes fin des années 70, et le carreau des Halles d’alors ressemble bien plus à une fourmilière, qu’à celui que nous connaissons aujourd’hui.

En cette nuit de fin de printemps, c’est avec demi-heure de retard, traînant les pieds et les mains dans les poches que notre Riton arrive au travail…

On mesure de suite sa motivation, au simple fait que la longueur de sa foulée est inversement proportionnelle à la largeur de ses mâchoires lors de ses multiples bâillements.  

A peine arrivé, découvrant le contenu du camion que nous avons à décharger (à la main), celui-ci n’a d’autre réaction que de tomber assis sur une pile de palettes, l’œil hébété.

Il vient de prendre conscience de l’ampleur du préjudice que sa fainéantise va encore subir.

Attitude qui ne manque pas d’éveiller un certain amusement dans le regard de Gilbert mon autre collègue.

Riton a disparu !

Plus tard dans la nuit, alors que nous avons vidé le premier camion, et que le second vient d’arriver, plus de Riton… il a carrément disparu…

Gilbert et moi l’appelons, rien n’y fait, nous avons beau savoir que nous avons affaire à un champion du mode furtif, surtout quand il s’agit de s’éclipser devant la tâche, mais là quand même, il était là à l’instant…

C’est en allant à la chambre froide que Gilbert l’aperçoit dans le bureau du patron, affalé dans le fauteuil en cuir en train de… lire le Sud-Ouest de la veille !

Comprenant d’instinct qu’il était en situation périlleuse, et que nous n’allions pas tarder à l’extraire manu militari du confort douillet dans lequel il s’était réfugié, il sortit immédiatement pour se diriger d’un pas aussi agile qu’alerte vers le second camion.

Dès lors, nous avons face à nous un Riton subitement requinqué, transformé, pour ne pas dire guilleret, ce qui n’est vraiment pas dans ses habitudes, mis à part à l’heure de la débauche.

Cette fois c’est décidé !

Lorsque je lui demande pourquoi il est si enjoué, il me répond tout de go…

« Cette année pour les Fêtes, j’ai vu dans le journal qu’ils vont organiser à nouveau la course des ripeurs, et celle-là les gars, non seulement je vais la faire, mais je vais la gagner ! »

Tenant compte que la course des ripeurs consistait à partir d’un point A, par exemple devant chez Mauriac, pour faire le tour des quais via le pont Pannecau, puis le pont Marengo pour revenir au point de départ.

Jusque là ça va, le seul bémol c’est qu’il faut porter le plus vite possible une pile (généralement) de 20 cageots de bois (cagettes) sans les faire tomber…  

Riton le champion et les ripeurs 2
Photo fournie par « Kiki » Romatet que je remercie vivement

Ne voulant rater ce spectacle pour rien au monde, Gilbert et moi entrons dans son jeu, en mettant en avant ses (plus qu’hypothétiques) chances de fulgurante victoire.

En fin de matinée, tout le carreau des Halles était au courant, les ripeurs qui avaient déjà gagné cette course comme « Zita », feignaient leur crainte irrépressible de devoir affronter ce concurrent de légende.

Plus les jours passaient plus notre Riton devenait rayonnant, s’épanchant sur les dernières techniques qu’il avait développées, en vue de la fameuse compétition, devant il faut bien le dire, une assemblée littéralement conquise à sa noble cause.

Les bars du quartier étaient en quelque sorte devenus autant de tribunes dédiées à sa gloire d’ores et déjà affichée.

Ambiance faisant, notre héros commençait à imaginer le Sud-Ouest titrant à la Une : « Riton champion des ripers ! »

S’entraîner, l’obsession de Riton

Du coup notre lieu de travail était devenu SON lieu d’entrainement, à nous les caisses pleines, à lui les cageots vides !

Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, et là plus qu’à l’accoutumée, il nous était impossible de déconcentrer l’athlète…

La seule chose que nous nous permettions de lui faire remarquer c’est qu’avec une pile de 5 cageots au lieu de 20, il partait de loin pour réussir son prestigieux challenge !

La tension augmentait au fur et à mesure que les Fêtes se rapprochaient, notre (futur) héros paradait de plus en plus, son pas était de plus en plus alerte, son torse de plus en plus bombé, et ses « interviews » de plus en plus nombreuses.

Sur le carreau des Halles, nous n’attendions plus que le « Jour J » !

Le grain de sable fatal

Sauf que… sauf que… il y avait un paramètre fondamental qui avait échappé à notre énergumène…

Comment à quelques jours des Fêtes, trouver une excuse aussi bidon que crédible pour expliquer au patron qu’il ne va pas pouvoir venir travailler, alors que tout le monde sait (patron y compris) qu’il va participer à la course des ripeurs ???

Prenant conscience du dilemme insoluble, les neurones de notre Riton se mettent en branle, et la (sa) solution lui parut évidente.

Riton le champion et les ripeurs 2
Photo fournie par « Kiki » Romatet que je remercie vivement

Le jour « J », notre athlète est sur la ligne de départ, même à l’arrêt il a les plus grandes difficultés à maintenir la pile de 20 cageots vides en équilibre.

Ça y est ! Le TOP est donné !

Les coureurs s’élancent, ses adversaires prennent une longueur, puis beaucoup plus, Riton dans un effort semblant inhumain peine à porter la pile.

Quelques mètres plus loin il s’étale de tout son long et entame alors ce qui s’apparente à un hurlement à la mort, notre champion est blessé, il se prend la cheville à deux mains !

« J’ai sans doute une grave blessure, appelez vite les pompiers et… le patron, vite ! »

Le stratagème lui a finalement permis non seulement de ne pas perdre la face lors de la course, mais également de bénéficier d’un copieux arrêt de travail lui permettant, une fois de plus, de ne pas travailler pendant les Fêtes.

Vu le nombre de témoins, notre patron lui-même ne pouvait rien lui dire, sauf peut-être lorsque notre Riton a eu la mauvaise idée de lui dire :

« Je me demande si on n’aurait pas pu considérer ça comme un accident de travail ! »

Les règles de bienséances en vigueur sur les Bayonnades m’interdisent de vous donner la réponse…

Vous venez de lire “Riton le champion des ripeurs !”

CETTE PUBLICATION VOUS A PLU ? ABONNEZ-VOUS C’EST GRATUIT ! (Haut de la colonne de droite)

Les 4 saisons Bayonnaises

Courant des années 70 tout à côté de l’ancien « Bazar Central », et à l’emplacement actuel du restaurant « Les Tontons flingueurs », se trouvait l’établissement « Aux 4 saisons » qui n’avait rien à voir avec Vivaldi, mais qui était plutôt orienté fruits et légumes en gros, demi-gros et détail.

Jean-Claude Lacondéguy et Jacques Quintal en étaient les propriétaires, et avaient eu l’idée de créer un commerce de détail tout en fournissant les autres détaillants des Halles, restaurateurs locaux etc…

Aux 4 saisons

J’ai eu le plaisir de travailler dans l’établissement fin des années 70, lorsque je dis plaisir, je fais référence à l’ambiance de camaraderie qui y régnait, car les conditions de travail de nuit de ceux que l’on appelle les « ripeurs » étaient relativement dures, et le salaire de 8 francs de l’heure (ce qui était correct à l’époque) nous poussait à faire le maximum d’heures possibles, et de ce côté-là, nous étions servis.

Les débutes de Jacky et Jean-Claude

Cette petite parenthèse faite, et pour en revenir aux deux fondateurs du magasin, ils avaient débuté leur carrière en vendant des caisses de pommes de terre sur le Pont Marengo.

Travailleurs, organisés et disposant d’un sens des affaires qui ne s’est jamais démenti, les jeunes Jean-Claude et Jacques (alias Jacky) sont parvenus à s’installer tout près de l’ancien « Bazar Central », et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils n’ont pas fait les choses à moitié.

En effet, peu de temps après le lancement, ils avaient créé un magasin bénéficiant d’une excellente notoriété, ressemblant à un mini marché disposant de part et d’autre d’étals regorgeant de fruits et légumes aussi divers que variés.

Débuts du merchandising à Bayonne

La présentation à la clientèle était réalisée d’une façon relativement nouvelle à l’époque, à savoir alignement pyramidal, alternance des couleurs, offres spéciales etc… En bref, les bases du merchandising d’aujourd’hui étaient désormais présentes aux Halles de Bayonne.

Jean-Claude et Jacky avaient également constitué une équipe avec laquelle j’ai eu le plaisir de travailler :

L’équipe dite « de nuit » dont je faisais partie avec mon ami Zita, qui selon les saisons, débutait sa journée entre 1h30 et 4h du matin pour décharger (manuellement) les camions qui arrivaient notamment des marchés de gros d’Agen ou Perpignan.

Il nous arrivait également en fin de journée, c’est-à-dire vers 11h du matin, d’aller à la gare de marchandises de Bayonne, pour vider un wagon de sacs de pommes de terre ou d’artichauts en provenance de Bretagne.

Il faut préciser que cette « opération » nécessitait de faire plusieurs navettes entre la gare et le dépôt de Mousserolles, en effet un camion même grand, n’a pas la même contenance qu’un wagon de marchandises.

La petite cerise sur le gâteau c’est que nous n’étions généralement que deux pour cette opération, inutile de préciser que l’on s’en souvient longtemps après… la preuve !

Trop dur pour certains…

Peut-être est-ce l’un des raisons qui peut expliquer l’important turn-over de saisonniers, qui pour certains, nous tiraient leur révérence après juste quelques heures passées en notre compagnie…

Vers 5h arrivait l’équipe de livraison des restaurants et revendeurs, mon ami Gilbert, mon autre ami Robert, et le troisième larron Alain qui a passé des années à râler, annonçant son départ imminent de l’entreprise… Il faut dire qu’il n’était pas très bien loti avec son vieux fourgon « HY tube » qui démarrait uniquement lorsqu’il en avait envie.

Vers 7h arrivait l’équipe des vendeuses composée notamment de Sylvie, Marie-Pierre et Nicole. A peine arrivées, et déjà revêtues de leur tablier orange au logo du magasin, elles s’affairaient pour améliorer la présentation des produits, les triaient, et commençaient à servir les premiers clients qui se pressaient.

Et les patrons dans tout ça ?

Et bien, ils n’étaient pas en reste croyez-moi, Jean-Claude passait sa vie dans son camion, en faisant notamment la navette entre Agen et Bayonne.

Du temps que j’y ai passé, puis des retours que j’en ai eus après, Jean-Claude a toujours été un excellent patron, à l’écoute, capable de donner l’exemple et de travailler dur sans jamais se plaindre.

 Jacky quant à lui gérait le magasin, passait les commandes à ses fournisseurs et traitait celles de ses clients en gros et demi-gros. Il m’est souvent arrivé de sourire, en le voyant derrière son minuscule bureau un téléphone dans chaque main, et capable de traiter les deux appels simultanément !

C’était là l’époque où les Halles de Bayonne et leur périmètre immédiat, ressemblaient encore à une fourmilière humaine débordant d’énergie et d’activité.

Aujourd’hui…

Aujourd’hui cette page s’est tournée, le magasin n’existe plus, la vie de chacun a pris une direction différente, mais les souvenirs eux sont toujours là, les rictus de peine sous l’effort, les éclats de rire, les moments de partage, les sourires complices, et l’inoubliable solidarité des gens qui travaillaient dans et autour des Halles de Bayonne d’antan

Vous venez de lire “Les 4 saisons Bayonnaises”

CETTE PUBLICATION VOUS A PLU ? ABONNEZ-VOUS C’EST GRATUIT ! (Haut de la colonne de droite)

Figures incontournables du Bayonne d’antan !

Au-delà de Raphaël Datcharry (Alias Léon) d’autres personnalités connues et reconnues ont également égayé, animé voire pour l’un d’entre eux, défrayé la chronique Bayonnaise.

Afin que vous n’en ratiez pas une, je vous ai préparé ici un petit florilège de publications des Bayonnades, racontant quelques-unes de ces figures incontournables du Bayonne d’antan que l’on ne saurait oublier…

Yvonne, Francette et les cèpes

Elle s’appelait Yvonne Lacaze, elle a consacré sa vie à sa famille et l’a passée aux Halles de Bayonne ou elle a commencé à travailler en 1922 à l’âge de 11 ans, elle y vendait des fruits et des légumes, mais aussi des cèpes lorsque la saison arrivait… LIRE

Riton le livreur de choc

1ère partie : Parmi les ripeurs (Ouvriers spécialisés dans la manutention) se trouvaient quelques personnages d’exception, je vais vous raconter aujourd’hui l’un des plus hauts « faits d’armes »  de l’un d’entre eux, surnommé « Riton »… LIRE

2nde partie : Suite à sa célèbre (tentative de) livraison d’une palette de tomates au Printafix, assortie de multiples préjudices de moindre importance subis par le patron de notre Riton la catastrophe ambulante, ce dernier a du faire face à l’injonction de se trouver un autre employeur dans les plus brefs délais… LIRE

Mayi Hippolyte

Mayi a durant des décennies, fait partie des quelques personnages incontournables des anciennes Halles de Bayonne dans un premier temps, puis durant l’époque du « Marché parking »… LIRE

Jeannot et son petit singe

Il venait d’Algérie et avait installé son stand dans les anciennes Halles de Bayonne, y vendant tous types d’articles… LIRE

Raymond la « star bayonnaise »

Dans les cafés Bayonnais (alias Chapelles) il n’était pas rare que certaines personnalités, toujours hautes en couleurs, passent autant de temps que les patrons des établissements eux-mêmes !… LIRE

Zita le roi de la bananeraie

Fin des années 70, j’ai eu l’insigne honneur de travailler « Aux 4 Saisons », avec Alphonse N’Zita, plus connu sous le nom de « Zita » figure emblématique du carreau des Halles, et de… certaines discothèques locales telle « la Bananeraie » à Labenne qu’il fréquentait « occasionnellement »… LIRE

Le brigadier-chef Poublan et Mme Denise, les gardiens du temple

Saviez-vous que les Halles de Bayonne qui ont précédé celles d’aujourd’hui, disposaient d’un poste de police ainsi que de toilettes publiques ?… LIRE

Michelle de la rue Pannecau

Elle s’appelait en réalité France Bielle. Beaucoup d’entre vous l’ont connue sous le pseudo de « Michelle de la rue Pannecau », elle était une figure incontournable de Bayonne… LIRE

Adrien dit « La main froide »

Si de nombreux Bayonnais ont brillé par leurs faits d’armes, leur esprit d’entreprise ou leur inventivité, il en est un qui s’est fait connaître pour de toutes autres raisons… LIRE

Alfred et sa bosse du commerce

Habitant rue Marsan ou il est arrivé dans les années 70, d’un certain âge, le dos voûté et de taille modeste, notre Alfred avait pour le moins un trait prédominant à savoir son nez !… LIRE

Vous venez de lire “Figures incontournables du Bayonne d’antan !”

Si cette publication vous a plu, n’hésitez pas à le partager, c’est l’objectif premier des Bayonnades… le partage !

ABONNEZ-VOUS C’EST GRATUIT ! (Haut de la colonne de droite)

Alphonse N’Zita alias « Zita »

Fin des années 70, j’ai eu l’insigne honneur de travailler « Aux 4 Saisons », avec Alphonse N’Zita, plus connu sous le nom de « Zita » figure emblématique du carreau des Halles, et de… certaines discothèques locales telle « la Bananeraie » à Labenne qu’il fréquentait « occasionnellement ».

Couturier de son état, il exerçait toujours ses talents à la fin des années 70 en plus de son travail aux Halles bien entendu, le tout soigneusement ponctué d’escapades « zoukesques », lui laissant peu de temps pour prendre un peu de repos bien mérité…

Continuer la lecture de « Alphonse N’Zita alias « Zita » »

Haut de page