L’ancien “Disque bleu” à Bayonne

Souvenez-vous de l’ancien “Disque bleu” à Bayonne

Payer pour se garer n’est pas vraiment nouveau à Bayonne comme ailleurs.

Cela a commencé par la « Zone bleue », progressivement remplacée dans les années 70 par les parcmètres, remplacés à leur tour par les horodateurs.

Mais revenons à l’ancienne « Zone bleue » et plus particulièrement au fameux « Disque bleu ».

C’est Jean-Michel RENOM qui m’a envoyé les photos de l’indissociable accessoire de l’automobiliste d’antan, et je tiens à l’en remercier.

En y regardant de plus près certains détails sont des plus amusants… (voir images plus bas)

Tout d’abord le recto, la version « matinale », hormis le fait que la « réclame » pour « Printafix » occupe plus d’un tiers de l’espace total, on y trouve les mentions suivantes :

Disque de contrôle de stationnement

Disque obligatoire pour toutes les voitures automobiles, sauf les dimanches et jours fériés, dans la zone délimitée par les panneaux dont le modèle figure au verso.

A placer contre la face interne du pare-brise ou, s’il n’y en a pas, a un endroit apparent, convenablement choisi, pour être vu de devant le véhicule. Il est interdit :

1) de faire figurer sur le disque des indications d’horaires inexactes ;

2) de modifier les indications du disque sans que le véhicule ait été remis en circulation ;

3) de stationner à nouveau à l’intérieur de la zone à moins de 100 mètres du premier point de stationnement.

Le stationnement abusif paralyse la circulation.

J’avoue que la précision « …s’il n’y en a pas » en évoquant le parebrise m’amuse beaucoup.

Également l’obligation de stationner à plus de 100m en cas de nouveau stationnement, inutile de vous dire que cette règle était quelque peu bafouée !

Mais gare aux fraudeurs, pas vu, pas pris, mais… vu… pris ! Et les amendes étaient déjà tout aussi imbattables que les prix de Printafix !

Disque bleu recto
Disque bleu verso

J’espère que cette publication rappellera quelques souvenirs à ceux qui ont connu cette si chère époque.

Vous venez de lire “L’ancien “Disque bleu” à Bayonne”

CETTE PUBLICATION VOUS A PLU ? ABONNEZ-VOUS C’EST GRATUIT ! (Haut de la colonne de droite)

Norbert chez le “Clopologue”…

Ici un échange du calibre de ceux qu’il était courant d’entendre sur le carreau des Halles dans les années 70. Bien entendu, toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est tout sauf fortuite.

En ce beau matin de mai, Patxi rencontre Norbert de Michecuite sur le quai Galuperie

Patxi : Hébé, t’as l’air tout content Norbert.

Norbert :  Oui effectivement cher ami, hier je crois être parvenu à cesser de fumer.

Quoi ? Tu as quoi ?

Cessé de fumer, c’est-à-dire arrêté la cigarette.

Et pourquoi t’a fait ça ?

C’est mon pneumologue qui me l’a vivement conseillé pour préserver un tant soit peu ma santé.

Qui ça ?

Mon pneumologue, vous savez le médecin qui aide à arrêter la cigarette.

Ouais une espèce de clopologue quoi, mais tu sais pour les poumons t’as les clopes à l’eucalyptus, y parait qu’en plus elles te dégagent les bronches, tu devrais essayer y’a rien de mieux !

Mais bon sang puisque je vous dis que je viens d’arrêter, je ne vais tout de même pas m’y remettre pour tester vos fameuses cigarettes à l’eucalyptus.

Et comment t’as fait pour arrêter ?

Eh bien, voyez-vous, j’ai exploré les différentes possibilités qui s’offraient à moi, comme par exemple l’hypnose…

L’hypnose, qu’est ce que c’est encore cette invention de parisiens ?

Je vous expliquerai ça une autre fois, en tout cas, comme l’hypnose n’a pas fonctionné, j’ai alors essayé les patchs…

Les Paches ??? Qu’est-ce que t’as ça encore ?

Ce sont des petites étiquettes que l’on colle sur la peau et qui diffusent de la nicotine, c’est d’ailleurs ce qui m’a permis d’arrêter.

Dia !!! Je savais pas qu’on pouvait fumer des étiquettes !

Mais non, vous n’y êtes pas mon ami, ce n’est pas du tout ça, bon, je vous expliquerai une autre fois…

Hébé c’est compliqué ton histoire, t’aurais pas une gaulduche ?

Un peu plus tard, Patxi croise Peyo…

Patxi : Hé Peyo, y’a l’aristocrate qui a arrêté de fumer des clopes pour fumer des étiquettes !

Peyo : Pourquoi il a fait ça ? Il est devenu brancard ?

Parce que son clopologue l’as obligé ! Mais toi t’as jamais fumé ?

Houlà, j’ai jamais commencé.

C’est parce que t’es trop aganit ou à cause de ta santé ?

A cause du prix ! A 1,70F le paquet de gaulduche, fais le compte en fin d’année…

T’as raison, ça fait pile le prix d’une visite chez le clopologue !

Vous venez de lire “Norbert chez le Clopologue…”

Si cette publication vous a plu, n’hésitez pas à le partager, c’est l’objectif premier des Bayonnades… le partage !

ABONNEZ-VOUS C’EST GRATUIT ! (Haut de la colonne de droite)